•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment le passeport Nansen a changé le traitement des réfugiés

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Comment le passeport Nansen a changé le traitement des réfugiés

Portrait du scientifique et diplomate Fridtjof Nansen.

Fridtjof Nansen (1861-1930)

Photo : afp via getty images / STAFF

Au terme de la Première Guerre mondiale et de la révolution russe, il a donné une première reconnaissance juridique à un demi-million de réfugiés et d'apatrides. Créé en 1922 par la Société des Nations, le passeport Nansen permettait en théorie aux ressortissants de recouvrer une identité et une dignité. Carl Bouchard, professeur d'histoire, parle à Jacques Beauchamp des remous politiques occasionnés par l'effondrement de quatre empires et l'émergence de la Russie bolchévique.

En 1921, le Norvégien Fridtjof Nansen est nommé haut-commissaire pour les réfugiés à la Société des Nations. Ancien athlète et explorateur devenu scientifique, héros dans son pays, Nansen doit créer des normes internationales qui permettront aux réfugiés de faire valoir leur identité afin d’avoir accès aux services dans leur pays d’accueil.

Trafic sur le continent

Les réfugiés viennent des empires russe, allemand, austro-hongrois et ottoman, dissous lors de la redéfinition des frontières qui a suivi la Première Guerre mondiale. Ils comptent aussi, notamment, ces Russes qui ont émigré après la révolution de 1917 et dont la nationalité a été révoquée par un décret du nouveau gouvernement bolchévique, en 1921. Les minorités chrétiennes et les Arméniens, persécutés sous l’Empire ottoman, garnissent également leurs rangs.

Groupe de réfugiés russes et leurs chevaux dans un campement en Lettonie, en 1917.

Réfugiés russes dans les forêts de Lettonie, 1917

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Les nations ont très peu d’intérêt, dans un premier temps, pour cette question [des réfugiés], parce qu’elles sont trop préoccupées par leurs propres ressortissants dans un contexte de reconstruction d’après-guerre. Donc, il y a un peu, dans ce cas-ci, une concurrence des victimes : qui est le plus en état d’urgence?

Carl Bouchard
Des enfants de réfugiés arméniens dans un camp en 1915.

Des enfants de réfugiés arméniens dans un camp en 1915

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Précieux papier

Le passeport Nansen est créé officiellement en 1922. Il est rédigé en français, la langue diplomatique d’usage, de même que dans la langue du pays qui l’émet. Pour l’obtenir, un candidat doit passer devant une commission d’examen composée de fonctionnaires et de ressortissants du même pays que lui.

S’il est en principe censé empêcher l’expulsion des pays hôtes, le document est toutefois fréquemment rejeté par des intervenants, comme des agents d’immigration.

Au cours de cette émission, Carl Bouchard raconte comment le passeport a été délivré à un demi-million de personnes jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres, et comment de grandes figures comme le photographe Robert Capa et l’armateur Aristote Onassis en ont bénéficié.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi