•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mafalda, le personnage de BD insatisfait du monde

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Mafalda, le personnage de BD insatisfait du monde

Portion de la page couverture du premier tome des aventures de Mafalda.

Mafalda

Photo : Glénat / Quino

Pourquoi la guerre existe-t-elle? Pourquoi y a-t-il des gens pauvres? Pourquoi détruit-on la planète? Par ses incessantes questions sans réponse à ses parents désemparés, c'est l'humanité entière que le personnage de l'artiste argentin Quino a remise en question dans ses aventures, publiées de 1964 à 1973. Le comédien Jean-Dominic Leduc explique à Jacques Beauchamp pourquoi Mafalda était, malgré les apparences, aux antipodes de Charlie Brown.

L'auteur de bande dessinée Quino tenant un livre de <i>Mafalda</i> en 1999.

Quino (1932-2020)

Photo : afp via getty images / DANIEL LUNA

Joaquín Salvador Lavado Tejón, dit Quino, est initié au dessin par un oncle, puis étudie les beaux-arts de 13 à 17 ans. Il réalise qu’il dessine mieux qu’il s’exprime. Après avoir interrompu ses études, il se consacre entièrement à ce qu’il préfère : le dessin humoristique de presse.

En 1963, il publie un premier livre, Le monde selon Quino. Le personnage de Mafalda naît l’année suivante à l’occasion d’un contrat publicitaire. On demande à Quino de dessiner les aventures d’une famille argentine typique, dans un style semblable à Blondie et à Peanuts, afin de promouvoir une collection d’électroménagers.

Les deux vies d’une enfant rebelle

Ni les électroménagers ni la bande dessinée ne voient finalement le jour. À l’insistance de sa femme, Quino reprend sa création et la vend à un quotidien argentin. C’est le début de Mafalda.

Mafalda, par ses questions, place l’humanité face à son échec. […] C’est toute une claque, en fait.

Jean-Dominic Leduc
Le personnage de Mafalda dans les positions des singes de la sagesse.

Mafalda

Photo : Quino / Agence littéraire Caminito

Féministe engagée, la petite fille fustige, dans ses aventures, le fait que sa mère soit une femme au foyer, mais aussi la dictature, la surpopulation, les conflits internationaux et les dommages à l’environnement.

En 1973, Quino met un point final à la série, invoquant la lassitude et le besoin de liberté.

Au cours de cette émission, Jean-Dominic Leduc explique également pourquoi Mafalda a été si populaire au Québec, mais pas dans le monde anglo-saxon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi