•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bataille inachevée pour inclure les femmes dans la Constitution américaine

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

La bataille inachevée pour inclure les femmes dans la Constitution américaine

Des manifestantes tiennent des panneaux avec des slogans féministes lors d'une manifestation pour l'Equal Rights Amendment à New York, en 1978.

Manifestation en soutien à l'Equal Rights Amendment à New York, en 1978,

Photo : Getty Images / Keystone

Elle interdit la discrimination, mais elle ne reconnaît pas l'égalité des sexes. Voilà pourquoi, depuis un siècle maintenant, des forces tentent de faire amender la Constitution des États-Unis pour que soit garanti, en toutes lettres, qu'hommes et femmes ont droit aux mêmes privilèges. Karine Prémont, professeure de politique appliquée, parle à Jacques Beauchamp des raisons politiques et des mouvements sociaux qui ont ralenti ce dossier.

Alice Paul, fondatrice du National Woman's Party, en 1912.

Alice Paul, fondatrice du National Woman's Party

Photo : Getty Images / Hulton Archive

L’idée d’amender la Constitution pour y faire reconnaître l’égalité des droits entre hommes et femmes est lancée en 1921 par le National Woman’s Party, un groupe de pression créé pour promouvoir le droit de vote des femmes.

Jusqu’en 1972, ce projet est présenté régulièrement, dans des versions modifiées, au Congrès des États-Unis, mais sans jamais faire l’objet d’un vote.

L’égalité, une lame à double tranchant

Alors que les partisans de l’amendement craignent que le passage de la Constitution qui garantit le droit de vote aux femmes soit insuffisant dans certaines circonstances, ses opposants, eux, redoutent au contraire qu’une Constitution trop égalitaire retire aux femmes certains bénéfices, dont celui de ne pas travailler de nuit ou de ne pas soulever de charge lourde, par exemple.

Les femmes commencent, dans les années 1960-1970, à investir le monde du travail, à être plus actives. On se rend compte des trous dans les lois. Ça prend une loi qui chapeaute toutes les lois pour s’assurer que les femmes ne soient pas discriminées.

Auteur
La représentante Martha Griffiths en 1970.

Martha Griffiths en 1970

Photo : Bibliothèque du Congrès des États-Unis

En 1971 et en 1972, la proposition d’amendement est finalement adoptée par la Chambre des représentants, puis par le Sénat, au terme d’une bataille menée par la représentante démocrate Martha Griffith, appuyée de Shirley Chisholm, première Afro-Américaine élue au Congrès.

Il faut cependant l’approbation de 38 des 50 États membres du pays pour que la Constitution soit amendée. C’est à cette étape que le processus est bloqué depuis plus de quatre décennies. En 2020, la Virginie est devenue le 38e État à ratifier la proposition d’amendement, mais un flou constitutionnel remet en question l’appui passé d’autres États.

Au cours de cette émission, Karine Prémont raconte comment Phyllis Schlafly, une riche chercheuse en défense nationale, est devenue la figure de proue du mouvement antiféministe contre le Equal Rights Amendment (ERA).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi