•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Darwin et la théorie de l’évolution : l’œuvre d’une vie

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Darwin et la théorie de l’évolution : l’œuvre d’une vie

Photo du naturaliste Charles Darwin prise vers 1875.

Charles Darwin vers 1875

Photo : Getty Images / General Photographic Agency

En attribuant, en 1859 dans le livre L'origine des espèces, la vie sur Terre à un mécanisme naturel plutôt qu'à un dessein divin, le naturaliste Charles Darwin a lancé une bombe dans le milieu scientifique. Bien qu'elle soit aujourd'hui aussi fondamentale et applicable que les théories d'Einstein, la théorie de l'évolution est encore contestée par les créationnistes. Jean-Claude Simard, spécialiste en histoire des sciences, explique à Jacques Beauchamp que c'est précisément parce qu'il s'attendait à une telle controverse que Charles Darwin a tant tardé avant de publier sa thèse.

Gravure d'un portrait de Charles Darwin par l'artiste T.H. Maguire.

Charles Darwin à 40 ans, en 1851

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Charles Robert Darwin (1809-1882) se passionne dès le plus jeune âge pour la biologie. Adolescent, il possède déjà une impressionnante collection de scarabées.

En 1831, il se joint à l’équipage du navire HMS Beagle pour une expédition de cinq ans autour du monde. C’est une période déterminante pour le jeune scientifique, qui peut ainsi étendre ses observations à la planète entière.

À la recherche du chaînon manquant

En Patagonie, Darwin découvre un immense fossile de megatherium, l’ancêtre du paresseux. Cela lui révèle l’existence d’espèces animales disparues, et l’incite à vouloir comprendre le lien entre ces espèces et les espèces modernes.

Aux Galapagos, il découvre des espèces spécifiques à certaines îles de l’archipel. Cela, pour lui, invalide la thèse de la théologie naturelle, qui défend la place d’un créateur en tant qu’ultime déterminant biologique.

La lutte entre les humains et les bactéries, dans le cadre de la création des antibiotiques, c’est une illustration parfaite de la théorie de l’évolution.

Jean-Claude Simard
Dessin d'un gorille portant un panneau d'homme-sandwich sur lequel on peut lire: « Suis-je un homme et un frère? » Publiée en 1861 dans la revue <i>Punch</i>.

Caricature de 1861 se moquant de la théorie de l'évolution de Charles Darwin.

Photo : Getty Images / Hulton Archive

De 1837 à 1859, le naturaliste tient des carnets de notes dans lesquels il utilise pour la première fois le concept de l’arbre évolutif.

En 1858, un collègue formule une théorie semblable à la sienne. Charles Darwin se voit donc forcé de publier enfin L’origine des espèces.

Les naturalistes établis le répudient en bloc ou l’ignorent. Les seuls alliés de Darwin sont alors du côté de la relève. Néanmoins, l’ouvrage est un succès.

Au cours de cette émission, Jean-Claude Simard raconte « le procès du singe », une cause judiciaire entendue aux États-Unis en 1925 et qui visait à faire la démonstration de la validité d’enseigner la théorie de l’évolution à l’école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi