•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Juin 1960 : « l’équipe du tonnerre » de Jean Lesage s’emparait du pouvoir

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

En reprise tout l'été
Du lundi au vendredi de 23 h 30 à minuit

Juin 1960 : « l’équipe du tonnerre » de Jean Lesage s’emparait du pouvoir

Audio fil du mercredi 14 juin 2017
Un véhicule publicitaire du Parti libéral du Québec pendant la campagne électorale du printemps 1960

Un véhicule publicitaire du Parti libéral du Québec pendant la campagne électorale du printemps 1960

Photo : Parti libéral du Québec

Le soir de l'élection québécoise du 22 juin 1960, le résultat était si serré dans une vingtaine de circonscriptions que les électeurs se sont endormis sans avoir une idée claire du résultat. L'historien Éric Bédard décrit l'élection qui a mené à la prise du pouvoir par le Parti libéral de Jean Lesage. En remportant 51 % du vote exprimé, les libéraux ont mis fin à presque 16 ans de règne de l'Union nationale.

Comme pour celles de 1936 et de 1976, l’élection de 1960 marque un tournant dans l’histoire politique du Québec. Elle termine un cycle politique et lance ce qu’on va appeler la Révolution tranquille.

La malchance de l’Union nationale
Au moment où l’Union nationale déclenche ces élections, l’ancien ministre du Travail Antonio Barrette dirige un parti frappé par la malchance. Quelques mois plus tôt, deux de ses chefs, Maurice Duplessis, en septembre 1959, puis Paul Sauvé, en janvier 1960, sont morts d’une crise cardiaque. L’Union nationale semble alors amorcer « un changement dans la continuité », sans toutefois présenter de programme.

Les libéraux proposent un programme étoffé
Au cours de la campagne, le chef du Parti libéral du Québec, Jean Lesage, se dit assuré de la victoire. Il dit que l’Union nationale est vieillie et corrompue par trop d’années au pouvoir. Lesage présente un parti modernisé, un lieu de réflexion où les membres peuvent s’exprimer. Cette vision moderne du parti débouche sur un programme audacieux et stimulant.

Structurellement, le Parti libéral du Québec a un virage nationaliste. Il veut construire un État national pour les Canadiens français et prône un interventionnisme poussé. Les libéraux proposent aussi la gratuité scolaire à tous les niveaux. Le thème de la nationalisation de l’électricité ne sera toutefois mis de l’avant qu’à l’élection de 1962.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi