•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le taxi à Montréal, un milieu sous tension depuis toujours

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Le taxi à Montréal, un milieu sous tension depuis toujours

Photo d'archive d'un chauffeur de taxi à bord son véhicule en 1968.

Marcel Gingras, chauffeur de taxi, à bord son véhicule en 1968

Photo : Radio-Canada / Laurent Charlebois

Concurrence déloyale, monopoles, débalancements réglementaires, racisme... Les problèmes des chauffeurs de taxi de Montréal n'ont pas commencé avec l'arrivée d'UberX. Le sociologue Jean-Philippe Warren raconte à Jacques Beauchamp comment ces « cowboys urbains » sont peu à peu devenus à la merci de pouvoirs extérieurs.

À Montréal, le métier de chauffeur de taxi prend forme en 1910 avec l’arrivée du taximètre, l’instrument qui permet de déterminer le montant à payer en fonction de la distance parcourue. Il s’agit d’abord d’un service de luxe, bien plus cher qu’un billet de tramway.

En 1922, Taxi Diamond voit le jour. C’est une association de service, auquel les chauffeurs souscrivent et louent un permis non plus d’une entreprise qui paie un taux horaire.

Ce système atteint sa limite en 1936, lorsque les chauffeurs déclenchent une grève contre les contraintes jugées abusives que Diamond leur impose. Cela mène à la création d’une association de service concurrent, Taxi Lasalle.

Photo d'archive d'un chauffeur de taxi à bord de son véhicule en 1967.

Germain Archambault, chauffeur de taxi, à bord de son véhicule en 1967

Photo : Radio-Canada / Pierre Gaudard

À la recherche des coupables

Le 7 octobre 1969, les chauffeurs déclenchent une émeute aux locaux de Murray Hill, une entreprise de location de limousines qui leur livre une concurrence jugée déloyale à l’aéroport de Montréal. Il y a mort d’homme, et l’affaire révèle les liens entre le milieu du taxi et le Front de libération du Québec (FLQ).

Pour les gens du taxi, il est comme normal de s’associer aux autres forces vives de la société québécoise qui cherchent à émanciper la population ouvrière.

Jean-Philippe Warren
Photo d'archive d'un taxi devant un commerce montréalais en 1982.

Un taxi à Montréal en 1982

Photo : Radio-Canada

Au début des années 1980, la crise économique et l’ouverture de l’aéroport de Mirabel diluent de plus belle la clientèle des taxis. Les chauffeurs d’origine haïtienne, dont le nombre a monté en flèche depuis 1970, font le bouc émissaire idéal et deviennent la cible de comportements racistes.

En 1987, le Bureau du taxi de Montréal est créé pour redresser les conditions de travail des chauffeurs. Il a pour mandats de réduire l’offre par le rachat de permis, de favoriser la demande, de trouver de nouveaux débouchés pour les chauffeurs et de veiller à leur meilleure formation.

Au cours de cette émission, Jean-Philippe Warren traite également de l’arrivée d’applications mobiles comme Uber dans le marché des services de transport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi