•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mies van der Rohe, géant de l’architecture moderne

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

Mies van der Rohe, géant de l’architecture moderne

Audio fil du mardi 25 avril 2017
L'architecte Ludwig Mies van der Rohe, avec deux de ses créations : la chaise BRNO (ca. 1930) et un des édifices du complexe Westmount Square, à Montréal.

L'architecte Ludwig Mies van der Rohe, avec deux de ses créations : la chaise BRNO (ca. 1930) et un des édifices du complexe Westmount Square, à Montréal.

Photo : Getty / Metmuseum.org / Facebook.com/westmountsquare/

Autodidacte, Ludwig Mies van der Rohe a établi des codes architecturaux qui sont encore utilisés aujourd'hui. Il figure parmi les plus influents créateurs du 20e siècle, aux côtés de Le Corbusier et de Frank Lloyd Wright. Sa signature moderniste est appréciable dans des villes comme New York et Chicago, et on compte quelques-unes de ses conceptions à Montréal, rappelle l'historien François Rémillard.

D’origine allemande, l’homme né en 1896 concevra une trentaine de bâtiments aux États-Unis. Fils d’un tailleur de pierres, il commence par devenir apprenti dans un bureau d’architectes berlinois. Rapidement, il se démarque par son talent et son imagination.

Faire table rase du passé
« Mies van der Rohe veut créer un système marqué par la rationalité. Il s’agit presque d’un jeu de mécano qui peut être reproduit partout dans le monde. On se retrouve avec des structures d’acier, de verre et de béton qu’on peut reproduire à l’infini. »

L’architecte souhaite revitaliser un métier qu’il trouve beaucoup trop axé sur l’effet décoratif et les fioritures. Il souhaite voir plus de lignes épurées et sobres, plus d’espaces vastes et ouverts. Il parviendra à donner une impression de légèreté au métal et au béton. Les parois de verre, dont il recouvre plusieurs de ses édifices, semblent flotter.

Un pavillon allemand à la fine pointe du modernisme
Il entre dans la cour des grands lorsqu’il dessine le pavillon de l’Allemagne pour l’Exposition universelle de Barcelone en 1929. Les visiteurs ont pu y découvrir son mobilier, dont ses chaises les plus connues, Barcelone et Brno.

En 1938, complètement mis de côté par le régime nazi, Mies van der Rohe quitte l’Allemagne et s’installe aux États-Unis. Il y réalisera les édifices les plus marquants de sa carrière, dont le Federal Center de Chicago et l’édifice Seagram de New York, conçu avec Phillip Johnson.

Mies van der Rohe à Montréal
Dans les années 1950, l’architecte Phyllis Lambert convainc son père, Samuel Bronfman, d’engager Mies van der Rohe pour qu’il construise le siège social new-yorkais de sa compagnie Seagram.

« Il fallait faire partie du monde moderne, disait-elle en entrevue. Pourquoi construire un édifice et copier les autres? Il fallait que ce soit les autres qui vous copient. »

Un chef d'oeuvre
C’est grâce à elle que l’architecte allemand se déplacera à Montréal à la fin de sa carrière. Il érige deux ensembles bâtis : le complexe Westmount Square ainsi que la station-service et ses trois édifices attenants de la rue Berlioz, à L’Île-des-Sœurs.

Le 1, carré Westmount est le seul complexe multifonctionnel dans la carrière de Mies van der Rohe. L’ensemble comprend des espaces commerciaux au sous-sol, des résidences et des bureaux au-dessus du sol.

« Avec le carré Westmount, il est arrivé au point où il a conçu sa plus grande œuvre, note François Rémillard. L’équilibre des masses, les volumes, les matériaux, tout est parfait dans ce complexe. »

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi