•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Citroën 2 CV, un emblème automobile français

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

La Citroën 2 CV, un emblème automobile français

La Citroën 2 CV exposée sur un socle au Salon de l'auto de Paris de 1948.

Présentation de la Citroën 2 CV au Salon de l'auto de Paris en 1948

Photo : afp via getty images / -

Abordable, durable, compacte et simple d'entretien, elle a représenté la démocratisation de la voiture à essence et rien de moins que l'art de vivre français pendant 40 ans. Pourtant, la création de Pierre-Jules Boulanger était d'abord destinée à une clientèle rurale. Éric Dussault, historien, raconte à Jacques Beauchamp comment l'Europe de l'entre-deux-guerres s'est prise d'une fièvre pour les véhicules populaires.

Modèle de la Citroën 2 CV datant de 1939, vu de face.

Les premières versions de la Citroën 2 CV n'étaient dotées que d'un seul phare avant.

Photo : afp via getty images / -

En 1935, le fabricant de voitures Citroën fait faillite, puis est racheté par la société Michelin, qui perd son directeur dans un accident en 1937. Son successeur, Pierre-Jules Boulanger, ordonne la construction d’un modèle bon marché qui ressemble à « une chaise longue sous un parapluie ».

Une deux-chevaux pour le pré

Tyrannique, Boulanger exige des concepteurs de la voiture qu’ils soient « sordidement économes ».

Le véhicule doit accueillir quatre passagers et 50 kilos de bagages, avoir une suspension assez bonne pour transporter des œufs sans les briser, atteindre 60 km/h avec un moteur de 375 cm3 et 50 000 km sans bris mécanique, et convenir au budget de l’ouvrier moyen.

Il y a des pressions partout en Europe pour une voiture économique, destinée à Monsieur et Madame Tout-le-Monde. Fiat, par exemple, a créé sa célèbre Topolino en 1936 et, surtout, la Coccinelle, de Ferdinand Porsche, de Volkswagen – la "voiture du peuple" dont rêvaient les nazis.

Éric Dussault

En 1938, 49 prototypes de la « tpv » (toute petite voiture) sont mis à l’essai en banlieue de Paris. La Deuxième Guerre mondiale et l’occupation allemande retardent toutefois sa mise en marché. Elle est finalement introduite en 1948 au Salon de l’auto de Paris.

Son apparence – un seul phare, une bâche en guise de toit – polarise. Ses détracteurs l’appellent vilain petit canard, bicyclette à quatre places, tondeuse à bitume ou boîte à sardines. Néanmoins, la France s’en éprend : de six véhicules par jour en 1949, Citroën en produit 200 000 par an au début des années 1960.

Au cours de cette émission, Éric Dussault discute des modifications apportées à la Citroën 2 CV au fil des années ainsi que de sa représentation dans la culture populaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi