•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aimé Césaire, penseur de la condition noire

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Aimé Césaire, penseur de la condition noire

Les auteurs Michel Leiris et Aimé Césaire avec la danseuse Marpessa Dawn.

Aimé Césaire (1913-2008), au centre, en 1966

Photo : afp via getty images / -

La « négritude », concept introduit par la poète et homme politique martiniquais dans Cahier d'un retour au pays natal, a mis des mots sur le métissage forcé au cœur de toutes les cultures afrodescendantes. Il fallait pour lui reprendre conscience du déracinement causé par l'esclavage afin de mieux exprimer les problèmes des Noirs, quitte à trafiquer au passage la langue du « maître ». Jean-Pierre Le Glaunec, professeur d'histoire, raconte à Jacques Beauchamp comment Aimé Césaire revendiquait aussi fièrement l'influence de la France républicaine dans sa vie.

Portrait de l'auteur et politicien martiniquais Aimé Césaire.

Aimé Césaire en 1987

Photo : afp via getty images / GERARD MALIE

Aimé Césaire naît dans une famille de la petite bourgeoisie martiniquaise. Brillant étudiant, il reçoit une bourse pour aller faire son cycle supérieur à Paris. C’est là qu’il rencontre Léopold Sédar Senghor – plus tard poète et président du Sénégal – de même que divers intellectuels guadeloupéens, guyanais et réunionnais qui lui font sentir une communauté d’esprit.

Vers 1934, il cofonde un journal étudiant noir et devient président d’une association d’étudiants martiniquais. C’est là qu’il commence à utiliser le mot « négritude », une forme d’appel à la création d’une langue spécifique à la diaspora noire.

Poème décisif, poème évolutif

Dans la revue Volonté, il publie la première version de Cahier d’un retour au pays natal, son œuvre phare qui connaîtra plusieurs versions. Il s’agit d’un poème long d’une quarantaine de pages dans lequel l’auteur reproduit, au moyen des mots, la fuite de l’esclave en se dérobant aux règles du français.

La question que pose Césaire […] est la suivante : qui et quel nous sommes? Admirable question. Il cherche, finalement, à comprendre l’homme et la femme noirs.

Jean-Pierre Le Glaunec
La politicienne Ségolène Royal et le poète et politicien Aimé Césaire en 2007.

Ségolène Royal et Aimé Césaire en 2007

Photo : afp via getty images / ERIC FEFERBERG

Avec Discours sur le colonialisme (1950) et Toussaint Louverture : la Révolution française et le problème colonial (1962), Aimé Césaire délaisse la poésie et se fait essayiste afin de pousser plus loin sa réflexion et penser la décolonisation.

Il touche également au théâtre, notamment avec la pièce La tragédie du roi Christophe (1963).

Aimé Césaire retourne vivre en Martinique en 1939. Il est ensuite élu maire de Fort-de-France, puis siège comme député de la Martinique à l’Assemblée nationale française pendant 47 ans.

Au cours de cette émission, Jean-Pierre Le Glaunec décrit la vision universaliste d’Aimé Césaire pour la Martinique au sein de la République française.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi