Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 12 avril 2017

Quand l’Amérique et l’Europe dansaient au rythme du swing

Publié le

En 1944, un soldat américain et une jeune femme dansent sur de la musique swing.
En 1944, un soldat américain et une jeune femme dansent sur de la musique swing.   Photo : Getty Images / Keastone Features

Avec ses paroles et ses airs enjoués, le swing a permis aux jeunes Américains de tourner le dos à la morosité économique des années 1930, puis à la jeunesse française de faire un pied de nez à l'occupation nazie. Le professeur d'histoire Jean-Pierre Le Glaunec raconte la grande époque du swing, dont les rythmes endiablés sont revenus à la mode au tournant du millénaire.

Le swing tire son origine de la musique jazz, elle-même issue de la musique religieuse afro-américaine et des chants de travail entonnés par les esclaves du Sud des États-Unis. Ce style musical est popularisé dans les années 1930 par des orchestres dirigés par d’illustres musiciens, comme Glen Miller, Benny Goodman ou Duke Ellington.

Une musique énergique
Dans un ensemble swing, il y a une section rythmique, dominée par la trompette et le trombone, et une section mélodique, où se trouvent la clarinette et le saxophone. L’accent mis sur le rythme est propice à une danse déchaînée en couple, où les partenaires s’abandonnent au plaisir de bouger.

De New York à Berlin
Aux États-Unis, la Mecque du swing est New York. Dans le quartier d’Harlem comme au théâtre Carnegie Hall, Blancs et Noirs se mélangent sur la piste de danse et parmi les musiciens.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine envoie des orchestres de swing en Europe. Cette musique devient un outil de résistance. Dans la France occupée, les zazous, ces jeunes excentriques, en sont des adeptes. Et en Allemagne, le swing est considéré comme une musique subversive, une musique de Juifs et de « Nègres » qui représente la décadence du jazz.

Chargement en cours