Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du lundi 10 avril 2017

Bataille de Vimy : le tour de force militaire dont on a fait un mythe

Publié le

Deux soldats observent un crâne humain trouvé sur le champ de bataille de la crête de Vimy, en avril 1917.
Deux soldats observent un crâne humain trouvé sur le champ de bataille de la crête de Vimy, en avril 1917.   Photo : La Presse canadienne / Archives nationales du Canada

Devenue un mythe fondateur de la nation canadienne, la bataille de Vimy d'avril 1917 est commémorée à grands renforts de cérémonies. Malgré ses 3600 morts et ses 7000 blessés, cette bataille demeure un événement marginal dans la victoire générale contre les Allemands, croit le professeur d'histoire Carl Bouchard.

Devenue un lieu de mémoire important, la crête de Vimy est aujourd’hui dotée d’un immense monument qui rend hommage aux soldats canadiens morts lors de cette bataille.

Un point de vue stratégique
La crête de Vimy, colline d’une centaine de mètres d’altitude, permet d’avoir un aperçu très vaste à plusieurs kilomètres à la ronde sur la plaine de Douai.

Tout au début de la Première Guerre mondiale, les Français avaient tenté plusieurs fois de reprendre aux Allemands cette région stratégique, sans succès. Il a fallu aux Canadiens quelques jours de bataille (du 9 au 12 avril 1917), mais surtout de nombreux mois de préparation pour arriver à dominer cette région.

Une fierté et des bémols
« Il demeure que la bataille de Vimy n’est pas une victoire décisive, note le professeur d’histoire à l’Université de Montréal. Les Allemands avaient déjà commencé à reculer. »

En effet, les Allemands mettaient déjà beaucoup d’énergie sur un autre front, maritime celui-là. Ils tentaient en fait d’asphyxier complètement l’économie de la Grande-Bretagne, leur autre ennemi, grâce à une guerre sous-marine dite à outrance.

La construction d’un mythe canadien
Certains récits inscrits dans la construction d’un mythe autour de cette bataille laissent entendre que les troupes canadiennes étaient unies pour la première fois au combat. On y a vu une première : francophones et anglophones engagés pour un objectif commun.

Dans les faits, peu de francophones étaient présents sur ce champ de bataille. Et ce n’était pas la première fois que les quatre divisions canadiennes combattaient côte à côte. Qui plus est, il n’y avait pas que des Canadiens sur le terrain : des Néo-Zélandais et des Australiens ont aussi combattu sous l’autorité britannique à Vimy. Il est aussi véhiculé que cette bataille a permis au Canada de s’émanciper de l’autorité britannique.

« Prenons la question par l’absurde, si le Canada n’avait pas pris Vimy, est-ce qu’on lui aurait refusé d’obtenir son indépendance du Royaume-Uni? Bien sûr que non! », lance l’historien, tout en saluant la réalisation et le courage des militaires de l’époque.

Chargement en cours