•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Qui a vraiment tué Henri IV?

Qui a vraiment tué Henri IV?
Photo du visage d'un homme qui pose en habit d'époque.

La reconstitution du visage du roi Henri IV

Photo : AFP / Philippe Roesch

François Ravaillac a-t-il agi seul, au jour fatidique du 14 mai 1610, ou s'agissait-il d'un complot? Le régicide était-il à la solde du duc d'Épernon, qui l'a protégé lors de son arrestation? Ou alors de Marie de Médicis, la nouvelle épouse délaissée d'Henri IV? L'historien Laurent Turcot explique à Jacques Beauchamp que le procès bâclé de Ravaillac n'a rien fait pour calmer les soupçons de machination dans cette affaire.

Gravure représentant le roi de France Henri IV.

Henri IV

Photo : Getty Images / Hulton Archive

En 1610, Henri IV a 56 ans. Après avoir changé de foi à six reprises, il est maintenant converti au catholicisme. Le roi a réussi à pacifier la France, longtemps déchirée par des guerres religieuses, mais il entend fomenter une nouvelle guerre contre les princes catholiques en soutenant les protestants.

Henri IV vient aussi d’épouser Marie de Médicis, mais il demeure plus intéressé par ses maîtresses.

Un roi sous surveillance

Pour toutes ces raisons, Henri IV a beaucoup d’ennemis. De nombreux catholiques, dont le pape lui-même, ne croient pas à sa conversion et estiment qu’il agit dans l’intérêt des huguenots. La noblesse ne veut aucunement de son projet de guerre.

Marie de Médicis est couronnée le 13 mai 1610. Le lendemain, Henri IV meurt sous la lame de François Ravaillac lors d’une visite dans les rues de Paris. Le duc d’Épernon, qui accompagne le roi, n’intervient pas et ordonne même aux gardes de ne pas s’en prendre à Ravaillac.

L’histoire d’Henri IV est baignée de sang, dès sa plus tendre jeunesse.

Laurent Turcot

Même si François Ravaillac, un fervent catholique à la santé mentale précaire, a juré avoir agi seul, plusieurs théories avancent le contraire. Certaines avancent que c’était le dessein du duc d’Épernon, un proche d’une ancienne maîtresse du roi. D’autres que Marie de Médicis aurait attendu son couronnement pour ensuite se débarrasser du roi.

Au cours de cette émission, Laurent Turcot raconte en détail l’exécution brutale de François Ravaillac de même que la période d’instabilité ayant suivi la mort d’Henri VI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi