•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Maus, le chef-d’œuvre de mémoire qui a transcendé la bande dessinée

Dessin montrant des souris en uniformes de prisonniers.

Page couverture d'une des éditions de Maus

Photo : Pantheon Publishing / Art Spiegelman

Des Juifs représentés en souris, des nazis en chats et des Polonais, en cochons. Voilà comment, au début des années 1980, Art Spiegelman a choisi de raconter l'histoire de la Shoah et celle de sa famille. Une décennie plus tard, il est devenu le premier bédéiste à recevoir le prix Pulitzer. Richard Boivin, ancien professeur de cinéma, de littérature et de bande dessinée, explique comment Maus a donné naissance à un nouveau genre littéraire : le roman graphique.

Le bédéiste Art Spiegelman avec un crayon dans la bouche.

Art Spiegelman

Photo : Getty Images / Mark Sagliocco

Art Spiegelman naît en Suède de parents polonais ayant vécu en camps de concentration durant la Deuxième Guerre mondiale. Sa famille émigre aux États-Unis. Après des études en arts et en philosophie, il se concentre sur sa passion du dessin et lance une première revue de bande dessinée en 1975. Il s’intéresse d’abord aux courants d’avant-garde, puis intègre des notions de cubisme et d’expressionnisme allemand.

Des souris et des hommes

Il publie des épisodes de la série Maus dans les pages de la revue Raw. Elle est basée sur les souvenirs de guerre de son père, Vladek, un homme qui a dû se cacher jusqu’en 1943 avant d’être envoyé à Auschwitz. Si Vladek survit à force d’habileté et de débrouillardise, il n’en revient pas moins avare et manipulateur. Portée par d’abondants dialogues, Maus explore les questions de la transmission filiale et de la conscience.

Ça fait aussi partie de la magie de cette écriture : toute la réflexion que le fils a. [Il] nous fait participer, en tant que lecteurs, à sa réflexion sur son acte de création.

Richard Boivin
Page du roman graphique <i>Maus</i>.

Extrait de Maus

Photo : Pantheon Publishing / Art Spiegelman

Un premier tome de la série est publié en 1986. En librairie, le succès est immédiat. Un seul problème se pose : on ne sait trop si le livre doit être classé parmi les romans ou les bandes dessinées. Dès lors, l’appellation « roman graphique » s’impose.

Le second tome est publié en 1991. Maus reçoit de nombreux prix, s’enseigne à l’école en Allemagne et fait son entrée dans plusieurs musées du monde. Art Spiegelman refuse cependant toutes les offres d’adaptation cinématographique.

Dans cette émission, Richard Boivin explique pourquoi l’auteur a choisi de représenter ses protagonistes en animaux, décrit les premières ébauches de la série dans les années 1970 et explique pourquoi elle a aussi fait l’objet de critiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi