Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du vendredi 10 mars 2017

Emma Albani, la première grande cantatrice canadienne

Publié le

Détail d'une photo d'Emma Albani prise en 1904
Détail d'une photo d'Emma Albani prise en 1904   Photo : Bibliothèque et Archives Canada

À la fin du 19e siècle, Emma Albani a chanté presque 20 ans au prestigieux Covent Garden de Londres. Son talent naturel lui a permis de monter sur les scènes des plus grandes maisons d'opéra. Le musicologue Pierre Vachon raconte le parcours exceptionnel de cette cantatrice d'origine québécoise.

Née Emma Lajeunesse en 1847, à Chambly, Emma Albani est une enfant prodige. Ses parents, tous deux musiciens, découvrent la beauté de sa voix lorsqu’elle commence à chanter à l’âge de 3 ans. Très tôt orpheline de mère, elle reçoit une formation musicale de son père, qui lui enseigne le chant, le piano et la harpe.

En 1865, la famille Lajeunesse déménage à Albany, dans l’État de New York, où un évêque encourage Emma à se rendre en Europe. En 1868, elle étudie pendant quelques mois à Paris auprès du ténor Gilbert Duprez. Elle se rend ensuite en Italie, où elle a pour maître Francesco Lamperti, un professeur réputé du Conservatoire de Milan. Celui-ci l’encourage à chanter de grands rôles dans de petites villes. Elle adopte Albani comme nom de scène, puis connaît ses premiers succès à Messine, en Sicile.

La Céline Dion de l’opéra
Après avoir chanté à l’île de Malte, Emma Albani se rend à Londres pour auditionner au Covent Garden. En 1872, à 24 ans, elle y joue le personnage d’Amina dans La sonnambula, de Bellini. Elle entame alors sa carrière internationale. Après avoir été adulée en Europe, elle fait neuf tournées nord-américaines, de 1883 à 1906. Sa réputation est telle que, lorsqu’elle revient pour la première fois à Montréal, 10 000 personnes l’attendent à la gare Windsor.

Une Britannique par adoption
Emma Albani se marie avec le fils du directeur de Covent Garden, Ernest Gye. Elle devient amie intime avec la reine Victoria. Sa renommée lui permet de recevoir le titre de commandeur de l’Empire britannique.

À la fin de sa carrière, qui se termine en 1911, la chanteuse interprète des rôles plus légers dans des cabarets. Elle se consacre aussi à l’enseignement. Seuls neuf enregistrements, produits entre 1904 et 1907, donnent une idée de la clarté et de la légèreté de sa voix.

Référence
Emma Albani, de Pierre Vachon, Éditions Lidec, 2000

Un extrait de l’opéra Serse, de Haendel, interprété par Emma Albani :

Chargement en cours