•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cole Porter, le roi libertin et astucieux de la comédie musicale

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

En reprise tout l'été
Du lundi au vendredi de 23 h 30 à minuit

Cole Porter, le roi libertin et astucieux de la comédie musicale

Le compositeur et parolier Cole Porter, assis à un piano.

Cole Porter (1891-1964)

Photo : Getty Images / Sasha

I've Got You Under My Skin, Love for Sale, Everytime We Say Goodbye... Auteur et compositeur de quelques 800 chansons destinées à la scène ou au cinéma, ce géant de la musique populaire américaine a été repris par les plus grandes voix, dont Billie Holiday, Ella Fitzgerald et Frank Sinatra. Stanley Péan, animateur à ICI Musique, raconte à Jacques Beauchamp que le personnage haut en couleur, qui aimait le faste et la séduction, rehaussait ses œuvres de calembours, d'allitérations et d'images inattendues, et n'hésitait pas à aborder des sujets tabous.

Le compositeur et parolier Cole Porter.

Cole Porter (1891-1964)

Photo : Getty Images / Central Press

Cole Porter naît dans une famille aisée et fréquente les meilleures écoles. Très tôt, il se passionne pour la musique et il est intégré à la haute société.

Présentée sur Broadway en 1916, sa première comédie musicale, See America First, est un échec cuisant.

Un Américain à Paris

Établi à Paris, il fait la connaissance de Linda Lee Thomas, une riche héritière qui devient sa femme. Cette dernière sait son mari charmeur et homosexuel, mais ils ont tous deux une profonde affection l'un pour l'autre. Elle le pousse à aller plus loin dans ses rêves professionnels, et il lui permet de devenir une mécène d’importance dans le monde des arts. Ils concluent une entente : elle tolère ses écarts, mais il doit demeurer discret.

À Paris, le couple mène une vie mondaine digne d’aristocrates et fréquente de grandes figures, comme Ernest Hemingway et Pablo Picasso. Cole Porter rencontre également l’auteur-compositeur Irving Berlin, lui aussi spécialisé en comédies musicales. Berlin devient son ami, mentor et parrain. C’est grâce à lui si Porter connaît, en 1928, son premier succès sur Broadway avec la pièce Paris.

Pour moi, Cole Porter est une sorte de phare. À mon avis, c’est le plus brillant des auteurs-compositeurs de la variété américaine de la première moitié du 20e siècle, bien avant Gershwin, bien avant Berlin, bien avant [Richard] Rodgers et les autres. […] Il y a la finesse de sa musique, il y a l’intelligence et la subtilité de ses textes; il y a son humour, aussi, et cette facilité à considérer, souvent, une situation d’un point de vue inédit, décalé, inattendu.

Stanley Péan

Machine à chansons

Pour Broadway, il crée Fifty Million Frenchmen (1928), The New Yorker (1930), The Gay Divorcee (1932) et Anything Goes (1934). Certaines des chansons entendues dans ces pièces marquent tant les esprits qu’elles sont reprises dans d’autres comédies musicales, ou encore au cinéma.

D’ailleurs, Cole Porter commence à composer directement pour le cinéma avec le film Born to Dance, en 1936. Il déménage à Hollywood et poursuit sa carrière en composant les musiques de Rosalie (1937), de Broadway Melody of 1940 (1939) et de The Pirate (1947). Il est occasionnellement nommé aux Oscars, et mène désormais un train de vie encore plus princier qu'avant, si bien qu’il en oublie son entente avec Linda et s’adonne au libertinage au vu et au su de tous.

Alors même que Linda Lee vient de le quitter, Cole Porter se blesse et perd l’usage de ses jambes à la suite d’un accident de cheval. Il raconte avoir composé la chanson At Long Last Love (tirée de la pièce You Never Know, 1938) sous le cheval qui l’écarasait, afin de se distraire de la douleur.

Des deux films inspirés par la vie rocambolesque de Cole Porter, Stanley Péan recommande particulièrement De-Lovely, qui date de 2004 et se rapproche selon lui davantage du personnage flamboyant qu’était le compositeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi