•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Le rapport Meadows, un avertissement ignoré sur les limites de la croissance

Des membres du Club de Rome en 1974.

Des membres du Club de Rome en 1974 : le professeur en mécanique Eduard Pestel, le mathématicien Robert Lattes, un homme non identifié ainsi que Michael Marschall Von Bieberstein et Mihajlo Mesarovic, professeurs en étude de projets et en mathématiques.

Photo : paris match via getty images / Jack Garofalo

Dès 1972, un document faisait état des risques de catastrophe environnementale et économique liés à la quête de croissance à partir de ressources limitées. Commandé par le Club de Rome, un groupe de réflexion fondé par un scientifique et un industriel, le rapport concluait à l'urgence de freiner l'augmentation de la population ainsi que l'industrialisation. L'écosociologue Laure Waridel explique à Jacques Beauchamp que le rapport a surestimé l'imminence d'une pénurie de pétrole et de métaux précieux, mais sous-estimé la dégradation de l'environnement.

En 1967, Alexander King, un chimiste écossais haut-fonctionnaire à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et Aurelio Peccei, un industriel notamment membre du conseil d’administration de Fiat, se rencontrent lors d’une conférence à Rome. Ils partagent une vision globale du monde et des systèmes de production, et ils désirent l’approfondir.

De la parole aux actes

Un an plus tard, ils rassemblent des spécialistes des milieux scientifique, économique, industriel ainsi que de la fonction publique afin de réfléchir aux questions laissées de côté par l’actualité. Ils mandatent une équipe de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) pour récolter des données sur le terrain. Le Club de Rome compte des membres venus des États-Unis, de Turquie, d’Inde, d’Allemagne et de Norvège, qui ont pour mission de sortir des silos traditionnels.

En raison de leur notoriété, King et Peccei obtiennent du financement de grandes fondations privées, comme celle de la famille Rockefeller ou du fabricant de voitures Volkswagen.

Bouteille à la mer

Intitulé Les limites à la croissance (The Limits to Growth), le rapport Meadows est publié en anglais en 1972. Ses auteurs appellent à tenir compte du seuil des écosystèmes quant à leur capacité à répondre aux besoins humains, à restreindre l’augmentation de la population mondiale ainsi qu’à freiner l’industrialisation pour garantir le niveau de vie des gens.

L'économiste Thierry de Montbrial, l'industriel Aurelio Peccei et le professeur de mathématiques Mihajlo Mesarovic.

Le cofondateur du Club de Rome, Aurelio Peccei, entouré de l'économiste Thierry de Montbrial et du professeur de mathématiques Mihajlo Mesarovic.

Photo : afp via getty images / ALDO BENNATI

On crée un modèle mathématique avec l’informatique, notamment, qui est en plein développement. […] C’est un peu la première fois qu’on voit comment, avec une augmentation de la population, il y a une augmentation de la pression sur les ressources alimentaires; comment il y a une augmentation, aussi, de l’industrialisation, et comment, à ce moment-là, il y a augmentation de la pollution. Tout ça est mis dans un rapport où l’on voit que les éléments s’imbriquent les uns dans les autres.

Laure Waridel

Appel sans réponse

À sa parution, le rapport est vivement rejeté, notamment par le milieu industriel. Les gouvernements font la sourde oreille à sa recommandation d’appliquer des mesures concrètes dès 1975.

Par ailleurs, les pénuries de pétrole et de mercure annoncées dans ses pages ne s’avèrent pas, puisque de nouveaux gisements et de nouvelles technologies pour l’extraire font leur apparition. Les auteurs incluent pourtant dans le rapport une mise en garde comme quoi sa substance ne réside pas dans ses prédictions.

Selon Laure Waridel, les conclusions du rapport Meadows tiennent toujours la route et son rejet témoigne de la force des biais cognitifs quant aux effets de l’activité humaine sur l’environnement.

Le Club de Rome, lui, existe encore aujourd’hui et en appelle toujours à freiner la croissance et à protéger la biodiversité. Il publiait récemment un plan d’urgence climatique, qui inclut des mesures à prendre à l’échelle mondiale, mais aussi locale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi