•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi les États-Unis ont acheté la Louisiane à la France à si bon prix

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

En reprise tout l'été
Du lundi au vendredi de 23 h 30 à minuit

Pourquoi les États-Unis ont acheté la Louisiane à la France à si bon prix

Carte de l'Amérique du Nord en 1803.

Cette carte de l'Amérique du Nord datant de 1803 montre que le territoire de la Louisiane faisait alors près de la moitié de la superficie des États-Unis.

Photo : Getty Images / John Luffman

En 1803, Thomas Jefferson cherche un accès au fleuve Mississippi afin de permettre le développement économique de la jeune République américaine, ainsi qu'une expansion territoriale pour contenir la forte poussée démographique des années 1770 et 1780. Napoléon Bonaparte, lui, veut une alliance américaine contre son ennemie de toujours, l'Angleterre. Jean-Pierre Le Glaunec, professeur d'histoire, raconte à Jacques Beauchamp cette modeste transaction de 15 millions de dollars, qui représente un moment clé de l'histoire des États-Unis.

Première levée du drapeau américain sur la Place d'Armes de La Nouvelle-Orléans, le 10 mars 1804.

Première cérémonie de levée du drapeau américain sur la Place d'Armes de La Nouvelle-Orléans, le 10 mars 1804

Photo : Domaine public / Thure de Thulstrup

Sous contrôle français de la fin du 17e siècle jusqu’à la guerre de Sept Ans (1756-1763), la Louisiane est divisée entre l’Angleterre et l’Espagne en 1762-1763, avant d’être rétrocédée à la France par le traité de San Ildelfonso, en 1800. Il s’agit alors d’un immense territoire qui coupe les États-Unis en deux, du fleuve Mississippi aux Appalaches, et du golfe du Mexique au Canada, et peuplé seulement de quelques dizaines de milliers de colons, de coureurs des bois et de tribus des Premières Nations.

La fin du rêve français

Les Américains s’inquiètent de la possibilité d’un nouvel empire français. Les Français, eux, désirent effectivement se doter d’un vaste territoire en Amérique, mais l’abolition de l’esclavage à Saint-Domingue (plus tard Haïti), en 1794, contrecarre leurs plans.

Napoléon y envoie donc l’expédition Leclerc, en 1802, pour rétablir l’ordre (et l’esclavage), mais l’opération échoue. La Louisiane et Saint-Domingue devaient conjointement constituer l’épine dorsale du nouvel empire français… Sans l’un des deux, il n’y a plus rien à espérer, et Napoléon doute que la Louisiane reste française bien longtemps.

C’est [à Saint-Domingue] que se joue le sort de la Louisiane et des États-Unis en général. Les États-Unis ont une dette très importante envers le peuple haïtien.

Jean-Pierre Le Glaunec

Sur un plateau d’argent

En 1803, le président Thomas Jefferson envoie à Paris le gouverneur de Virginie, James Monroe, pour négocier. Il a l’autorisation de dépenser un maximum de 10 millions de dollars pour obtenir soit La Nouvelle-Orléans et les deux Floride ou, au pire, un droit de décharge à La Nouvelle-Orléans pour les marchandises provenant de l’Ouest américain. C’est alors que Talleyrand, ministre français des colonies, lui offre la Louisiane en entier. La France pressent que la paix avec la Grande-Bretagne sera de courte durée et a besoin de renflouer ses coffres.

Commémoration du centenaire de l'acquisition de la Louisiane par les États-Unis lors de l'exposition universelle de Saint-Louis, en 1904.

En 1904, l'exposition universelle de Saint-Louis a commémoré le centenaire de l'acquisition de la Louisiane par les États-Unis.

Photo : Bibliothèque du Congrès américain

L’unité à tout prix

En dépit des craintes du Sénat américain quant aux défis d’intégrer au pays un tel territoire et ses habitants, l’offre est acceptée et le traité de vente est annoncé aux Américains le 4 juillet 1803. Pour la jeune république, c’est une occasion de renforcer l’unité tout en préservant le caractère distinct de chaque colonie.

En 1803, la jeune république se cherche et se rêve en continent.

Jean-Pierre Le Glaunec
À La Nouvelle-Orléans, plaque commémorant la possession espagnole de la Louisiane de 1762 à 1803.

Sur l'ancienne Place d'Armes, désormais Jackson Square, à La Nouvelle-Orléans, une plaque commémore la possession espagnole du territoire, de 1762 à 1803.

Photo : Getty Images

Le 14 mai 1804, une expédition en canot menée par les jeunes militaires Merriweather Lewis et William Clark s’engage dans la rivière Missouri afin d’explorer le territoire acquis l’année précédente. Son but est d’abord de repérer les meilleurs endroits pour aménager des postes militaires, mais elle remplit aussi les mandats de tisser des liens avec les Premières Nations et de découvrir les espèces animales et végétales de cette nouvelle partie du pays. Plusieurs Canadiens français participent à l’expédition, dont sera tiré un journal de bord de 10 000 pages.

L’acquisition de la Louisiane a permis de créer 15 nouveaux États, mais elle a aussi permis l’expansion de l’esclavage aux États-Unis. Selon Jean-Pierre Le Glaunec, c’est tout le contraire de ce qu’espérait Thomas Jefferson, qui entendait plutôt user du territoire pour développer le secteur agraire du pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi