•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thomas More, l’humaniste exemplaire de la Renaissance

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

Thomas More, l’humaniste exemplaire de la Renaissance

Gravure représentant Thomas More en 1530 environ.

Thomas More (1478-1535) vers 1530

Photo : Getty Images / Hulton Archive

En publiant L'utopie, une critique sociale doublée d'un portrait de la société idéale, ce proche conseiller d'Henri VIII a imposé un genre littéraire ainsi qu'une pensée politique inspirante pour la postérité. Après avoir ouvert les horizons de son roi, il a choisi de lui faire affront en défendant sa foi, et ce, au prix de sa vie. Alex Bellemare, docteur en littérature française, explique à Jacques Beauchamp que la connaissance qu'avait Thomas Moore des affaires de l'État rend L'utopie d'autant plus intéressante.

Gravure représentant Thomas More vers 1520.

Thomas More vers 1520

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Né dans une famille bourgeoise, il fréquente les meilleures écoles de Londres. Son père, un fils de boulanger devenu avocat, souhaite qu’il devienne homme politique. Brillant orateur, More marche dans les traces de son père en pratiquant le droit, mais l’effervescence culturelle de l’époque lui instille aussi une passion pour la littérature, les arts, la correspondance et le voyage.

Homme de principes

Introduit au milieu politique, puis élu député au Parlement de Londres en 1504, il se fait remarquer en contestant un impôt qu’Henri VII demande pour des fins personnelles. Celui-ci apprécie sa droiture, ce qui amène More à être nommé chancelier du dauphin Henri VIII lorsque ce dernier accède au trône, à 17 ans. More en a alors 30. Il se réjouit de l’arrivée d’un roi épris des arts et lettres. Henri VIII, lui, aime avoir quelqu’un à ses côtés pour discuter de tels sujets.

C’est une relation qui se noue autour de cet échange entre la sagesse de Thomas More et le goût de renouveau d’Henri VIII. Le rôle politique de Thomas More, si on veut, c’est essentiellement de modeler la pensée un peu hétérogène, éparpillée d’Henri VIII; de lui donner une direction avant tout morale et humaniste.

Alex Bellemare
Gravure représentant Thomas More avec sa famille vers 1526.

Thomas More avec sa famille vers 1526

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Passion des lettres

More participe activement à la redécouverte des textes anciens en signant plusieurs traductions du grec au latin. Il entretient aussi des correspondances avec des érudits, tels Érasme et Pierre Gilles. Comme auteur, il publie des comédies, des ballets, des poèmes ainsi qu’une œuvre historique sur Richard III, mais c’est grâce à L’utopie, publié en latin en 1516, qu’il fait sa marque.

Il y dépeint une société de rêve, dans laquelle le concept de propriété n’existe plus.

Ce que Thomas More veut faire, c’est essayer de montrer comment on peut construire une société sur des fondements non pas monarchiques, mais plutôt rationnels; de voir comment […] on peut arriver à des lois justes et morales. Dans l’entre-deux, c’est le dialogue qui est vraiment important. C’est de montrer de façon radicale comment la société anglaise se distingue de la société utopique pour essayer de voir une espèce de juste milieu.

Alex Bellemare
Gravure représentant Thomas More durant son emprisonnement pour trahison. À sa droite, sa fille Margaret Roper.

Thomas More durant son emprisonnement pour trahison. À sa droite, sa fille Margaret Roper.

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Bisbille à la cour

La relation entre Thomas More et Henri VIII se dégrade lorsque ce dernier demande la possibilité de divorcer de son épouse, Catherine D’Aragon, afin de se remarier avec Anne Boleyn. Cela mène au schisme anglican des années 1530. More, un fervent catholique, refuse d’abord d’assister à ce deuxième mariage. Puis, il refuse de signer l’accord confirmant les droits de succession d’Anne Boleyn et de sa descendance. Il est arrêté, emprisonné et conduit à l’échafaud.

Pour la constance de sa foi et pour sa mort en martyr, il est béatifié par l’Église catholique. Les mondes de la littérature et de la politique, eux, se souviennent de Thomas More pour sa capacité à imaginer d’autres manières de faire société.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi