•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chiac, objet de fierté et de doute pour les Acadiens

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

Le chiac, objet de fierté et de doute pour les Acadiens

Un drapeau acadien planté dans la pelouse devant plusieurs drapeaux du Canada.

Le drapeau acadien devant des drapeaux canadiens

Photo : Getty Images

Variété de français ponctuée d'éléments archaïques et d'anglais, parlée surtout dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, cette langue vernaculaire ne fait pas l'unanimité, tant dans la communauté acadienne que dans le reste de la francophonie. Pendant que les artistes la revendiquent, d'autres la brandissent comme signe du déclin du français. Annette Boudreau, professeure émérite de sociolinguistique et autrice, explique à Jacques Beauchamp que le simple fait que le chiac porte un nom en fait un bouc émissaire facile pour les partisans du français normatif rigide.

C’est dans le courrier du lecteur d’un journal néo-brunswickois du 4 janvier 1963 qu’une mention écrite du « schiak » apparaît pour la première fois. La langue elle-même serait utilisée depuis le 19e siècle, et aurait commencé à intégrer des mots d’anglais à force de contacts entre Acadiens et commerçants de la Nouvelle-Angleterre.

Une rumeur non vérifiée prétend que son nom vient d’une contraction du nom de la ville de Shédiac. Un résidant de cette localité s’en serait allé chercher du travail dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, et ses interlocuteurs n’auraient réussi à saisir que « chiac ».

Viola Léger dans le personnage de la Sagouine

Viola Léger dans le personnage de la Sagouine

Photo : François Laplante Delagrave

Choc des visions, choc des définitions

Certains, dont l’écrivaine Antonine Maillet, estiment qu’il faut distinguer le français acadien du chiac. Le premier contient des archaïsmes et est parlé avec l’accent d’Acadie, tandis que le second est un joual franglais typique de la région.

En 1969, le cinéaste Michel Brault met en lumière l’ambivalence des Acadiens quant à leur parlure avec L’éloge du chiac, un documentaire réalisé à partir d’un débat entre étudiants dans une école française de Moncton.

Michel Tremblay, Antonine Maillet et L’éloge du chiac ont joué un rôle fondamental dans l’élargissement de la vision qu’on se faisait de la langue. Ils ont joué vraiment sur les stéréotypes en montrant les différentes variétés qui peuvent exister dans une langue donnée. Antonine Maillet a toujours eu ce même discours; elle dit que la langue de la Sagouine, ce n’est pas du chiac. […] La distinction qu’elle fait, on peut la faire.

Annette Boudreau

L’affirmation par la culture

L’émergence de la musique populaire, de la radio et du théâtre acadiens a fait beaucoup pour normaliser l’usage du chiac. L’essor de la sociolinguistique, dans les années 1970, a également permis de mieux le comprendre.

Ça a donné la permission aux gens d’être ce qu’ils sont, de parler la langue qu’ils veulent bien mettre de l’avant.

Annette Boudreau

Il n’y a pas qu’en Acadie que le français hybride a cours. Au Cameroun, les jeunes parlent le camfranglais, et les Métis de l’Ouest canadien ont le michif, un croisement de français et de langue crie.

Selon Annette Boudreau, le fait que le chiac ait un nom connu et soit revendiqué fièrement en fait une cible facile pour des intellectuels comme l’écrivain Alain Borer, pour qui le chiac est un exemple extrême d’assimilation et de déclin du français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi