•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Le long âge d’or du tramway, le mode de transport qui ne veut pas mourir

Des citadins montant dans un wagon de tramway en 1953.

Des passants sautent dans un tramway à San Francisco, en 1953.

Photo : Getty Images / Orlando

Au milieu du 19e siècle, il a décongestionné les villes, démocratisé le transport en commun et guidé le développement urbain. Déclassé par l'autobus pendant les années 1930, il semble vouloir faire un retour pour des motifs environnementaux. Harold Bérubé, professeur d'histoire, raconte à Jacques Beauchamp comment le tramway a permis de redessiner la forme des villes.

De l’arrivée des colons jusqu’au 19e siècle, les villes nord-américaines sont essentiellement piétonnes. Bourgeois, artisans et ouvriers se déplacent pour la plupart à pied et, pour cette raison, la ville est dense et l’étalement urbain, impensable.

Du transport en commun pas si commun

La première forme de transport en commun est l’omnibus, une invention française transplantée en Amérique du Nord à la fin des années 1820. Sorte de croisement entre le fiacre et la diligence, pouvant accueillir une douzaine de personnes, il est constitué d’un grand wagon tiré par des chevaux et circule sur des lignes régulières selon un horaire fixe. Le tarif élevé des billets limite néanmoins son attrait aux classes moyennes et aisées.

Au milieu du 19e siècle, le développement ferroviaire provoque également l’essor du train de banlieue, qui s’arrête en périphérie des villes.

À rails et à sabots

En 1832, la New York and Harlem Railroad Company combine l’omnibus et le train en créant le premier réseau de tramway. Des rails sont installés au centre des rues. Dans sa première incarnation, le tramway est tiré par des chevaux.

Évidemment, ça simplifie les questions de congestion. […] On se fait un peu moins brasser dans le wagon que sur les routes cahoteuses, et surtout, le même équipage de chevaux est capable de tirer beaucoup plus de passagers. Un autre aspect très important : l’omnibus suivait la population. Le rapport est inversé avec le tramway sur rails : les entreprises de tramway vont dicter le développement de la ville. C’est la population qui suit le transport en commun.

Harold Bérubé
Vue sur une rame de tramway à New York, en 1900.

Le tramway dominait les rues new-yorkaises en 1900.

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Le courant passe

Rapidement, le tramway est mécanisé. Inspirée du transport des chariots dans les mines britanniques, la traction par câble facilite le déplacement dans des villes à la topographie difficile, comme San Francisco, mais demande des installations complexes. À partir de 1886, la révolution électrique simplifie le fonctionnement du tramway sur tout le continent.

La cohabitation entre les intérêts privés qui opèrent les réseaux de tramway et les pouvoirs publics devient cependant de plus en plus complexe. À mesure qu’elles grossissent, les entreprises de transport en commun coupent dans leurs services et vont jusqu’à négliger les quartiers moins fortunés. Petit à petit, le tramway est pris en charge par des sociétés publiques.

Des voyageurs montent dans le tramway Amherst de Montréal en 1943.

À Montréal, des voyageurs montent dans le tramway Amherst en 1943.

Photo : BAnQ/Conrad Poirier

La solution devenue problème

Après la Première Guerre mondiale, l’automobile se répand et les citoyens qui ont les moyens d’en avoir une la préfèrent au transport en commun. Au lieu de résoudre les problèmes de congestion, c’est désormais le tramway qui les cause.

Dans les années 1930, l’apparition de l’autobus, plus flexible, sonne le glas pour le tramway dans la plupart des villes. Là où il a été municipalisé assez tôt, comme à Toronto, il reste un moyen de transport fiable. À La Nouvelle-Orléans et à San Francisco, il perdure pour des raisons patrimoniales.

Depuis le tournant des années 2000, des villes comme Portland et Québec l’ont réintroduit ou sont en voie de le faire. Selon Harold Bérubé, le tramway est un moyen de transport élégant à l’empreinte écologique minime.

Tramway circulant sur une rue bondée de Montréal.

Des tramways ont sillonné la ville de Montréal jusqu'en 1959.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi