•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hitler-Mussolini : la relation complexe ayant mené au fatal pacte d’Acier

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

Hitler-Mussolini : la relation complexe ayant mené au fatal pacte d’Acier

Benito Mussolini et Adolf Hitler côte à côte en 1937.

Benito Mussolini et Adolf Hitler lors d'une rencontre en 1937

Photo : Getty Images / Fox Photos

Frères sur plan idéologique, les deux dictateurs fascistes n'ont pas toujours été en bonne entente. Mussolini a d'abord méprisé son vis-à-vis allemand en plus de contrer ses velléités sur l'Autriche, et Hitler a maintes fois agi contre la volonté de Mussolini. Luca Sollai, historien, raconte à Jacques Beauchamp que le casse-tête diplomatique qui a produit l'alliance offensive entre les deux hommes aurait pu, en d'autres circonstances, créer une situation radicalement différente.

Au moment d’accéder au pouvoir, en 1933, Adolf Hitler admire totalement Benito Mussolini. Le dirigeant italien incarne pour lui la réussite du modèle fasciste en Europe et partage avec lui des visées impérialistes et expansionnistes. L’Italie est le seul autre pays à remettre en question le traité de Versailles, qui exigeait la démilitarisation partielle de l’Allemagne après la Première Guerre mondiale.

Adolf Hitler et Benito Mussolini marchent ensemble à Venise en 1934.

Adolf Hitler et Benito Mussolini lors d'une rencontre à Venise en 1934

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Une amitié bien mal partie

Mussolini, lui, est sceptique par rapport à Hitler. Il le considère comme faible, car celui-ci a voulu prendre le pouvoir par des moyens légaux. Il n’aime pas son tempérament introverti et ses longs discours, ni ses idées antisémites.

La première de leurs 18 rencontres, en 1934, se déroule mal pour Hitler. Ce dernier demande à Mussolini son appui pour annexer l’Autriche à l’Allemagne, ce qui lui est refusé. Le Duce ne sait pas encore si ses visées expansionnistes le mèneront dans les Balkans, auquel moment l’Allemagne deviendrait son rival. L’année suivante, Mussolini est d’ailleurs de la conférence de Stresa, qui réaffirme l’indépendance de l’Autriche et prévoit un front commun, avec la France et l’Angleterre, contre Hitler.

Le vent tourne

Entre les deux hommes, le climat change à compter de 1936, lorsque l’Italie envahit l’Éthiopie. La France et la Grande-Bretagne votent alors des sanctions économiques contre l’Italie. Hitler gagne par ailleurs du terrain en Allemagne : il a remilitarisé son pays, contrevenant ainsi au traité de Versailles, mais sans provoquer de levée de boucliers chez les pays signataires.

Côte à côte, Adolf Hitler et Benito Mussolini font le salut fasciste.

Adolf Hitler et Benito Mussolini font le salut fasciste lors d'une visite à Florence en 1938.

Photo : Getty Images / Keystone

La guerre d’Espagne, dans laquelle l’Allemagne et l’Italie sont engagées en soutien aux nationalistes, achève de rapprocher les deux hommes. L’Allemagne devient le seul allié diplomatique de l’Italie, et Mussolini appuie Hitler dans toutes ses décisions. Les deux pays créent l’Axe Rome-Berlin, qui officialise leur entente.

L’ultime glissement

En 1938, l’Allemagne commence l’Anschluss, ou l’annexion de l’Autriche, avec cette fois la bénédiction de Mussolini. Lorsque Hitler fait de même avec le territoire des Sudètes en Tchécoslovaquie, toutefois, Mussolini déplore sa position de soumission par rapport aux décisions d’Hitler et souhaite établir un pacte offensif qui forcerait le führer à le consulter.

En 1939, le pacte d’Acier officialise l’union militaire entre les deux pays. L’entente n’a cependant pas l’effet escompté pour Mussolini, puisque Hitler ne le consulte pas davantage avant d’envahir la Pologne et de déclencher ainsi la Deuxième Guerre mondiale.

Jusqu’en 1940, l’Italie prend ses distances de l’Allemagne, en dépit de l’entente. Mussolini multiplie les excuses et Hitler cache bien sa déception.

Selon Luca Sollai, Benito Mussolini réalise bien vite qu’il a parié sur le mauvais cheval, mais il est trop tard. Les deux pays sont liés, et l’Allemagne entraîne l’Italie avec elle dans sa chute.

Penchés, Benito Mussolini, Adolf Hitler et les officiers allemands Alfred Jodl et Wilhelm Keitel regardent des documents.

Benito Mussolini et Adolf Hitler, en compagnie des officiers allemands Alfred Jodl et Wilhelm Keitel, préparent des manœuvres en 1942.

Photo : Getty Images / Keystone

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi