Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 10 septembre 2019

La dure lutte des francophones hors Québec pour obtenir leurs écoles

Publié le

Des adolescents tiennent une grande bannière sur laquelle on peut lire « Nous voulons notre école ».
En 1971, les élèves francophones de Sturgeon Falls font la grève et manifestent pour revendiquer la création d'une école secondaire francophone distincte.   Photo : Radio-Canada

Ontario, années 1970. Deux petites villes sont le théâtre d'intenses combats des francophones pour faire reconnaître leur droit, pourtant fraîchement reconnu par la province, à une éducation secondaire dans leur langue. Joel Belliveau, professeur d'histoire, raconte à Jacques Beauchamp que les conseils scolaires anglophones ont longtemps résisté à l'octroi d'écoles francophones même là où ces locuteurs formaient la majorité, et comment les souverainistes québécois ont aidé la cause des francophones hors Québec.

Pour les Franco-Ontariens, l’adoption des lois sur l’administration des écoles, en 1967, marque la fin de l’hostilité avouée de la province à l’éducation publique en leur langue.

Le règlement 17, adopté en 1912, interdit l’usage du français comme langue d’enseignement après la deuxième année du primaire. À partir des années 1920, le français est toléré, mais le curriculum et le système demeurent anglophones, y compris les ressources utilisées par les enseignants (livres, etc.).

Certaines écoles ont le statut bilingue, mais en pratique, la seule éducation francophone possible est au primaire.

Ironiquement, avec le progrès de l‘éducation, au milieu du 20e siècle, [et] l’arrivée des écoles consolidées, la place du français va reculer. Dans les petites écoles de rang, à la campagne, c’est assez homogène – on va avoir une quinzaine de petits francophones ensemble. À partir du moment où on [les amène en] autobus et on les envoie dans un endroit central, là, tout à coup, forcément, c’est mixte, et quand c’est mixte [on utilise] la langue commune.

Joel Belliveau
Le premier ministre ontarien John Robarts porte un casque de construction sur cette photo datant de 1967.
Le premier ministre ontarien John Robarts a fait adopter, en 1967, les lois permettant la création d'écoles francophones en Ontario. Photo : La Presse canadienne

Les nouveaux chantiers du Canada

Dans les années 1960, la Révolution tranquille du Québec a des échos dans le reste du pays. Le Canada sent le besoin de se redéfinir au-delà du simple dominion britannique, et les provinces réfléchissent aux moyens de rendre l’éducation plus efficace et équitable.

John Robarts, premier ministre ontarien, se présente en sauveur de l’unité nationale avec les projets de loi 140 et 141, en 1967. Ceux-ci permettraient enfin la création d’écoles publiques de langue française.

Il y a seulement un petit problème : la loi permet la création d’écoles françaises, mais laisse la décision entre les mains des conseils scolaires, qui sont contrôlés en totalité par des éléments anglophones. […] Dans les plus petites municipalités, les conseils scolaires se demandent si ça vaut la peine.

Joel Belliveau

Le cas Sturgeon Falls

En 1971, à Sturgeon Falls, une ville constituée à 80 % de francophones, un conseil régional à majorité anglophone refuse de financer la construction d’une école française sous prétexte que la ville est trop petite pour deux écoles. La tension monte, on tente de partager une école en deux, parents et organismes en tout genre s’en mêlent… Le tout culmine avec une grève, puis une occupation de l’école partagée.

Heureusement, la province nomme un commissaire chargé d’apporter des solutions. Quelques jours après sa rencontre avec la commission scolaire de Nipissing, l’ouverture d’une école francophone est décrétée.

Des élèves sont assis et attentifs en classe.
Novembre 1979 à l'École secondaire de la Huronie Photo : Archives de Julien Laramée

L’école de la résistance

En 1979, une crise semblable éclate à Penetanguishene, où la communauté francophone, autrefois majoritaire, représente désormais 40 % de la population. Des militants occupent un bureau de poste désaffecté de la ville et y ouvrent une école française clandestine.

Juste avant le référendum du Québec sur l’indépendance, une telle crise a des répercussions nationales. Pierre Elliott Trudeau, alors chef de l’opposition, somme l’Ontario de mieux traiter sa minorité francophone.

Des élèves manifestent et brandissent des pancartes dénonçant le manque d'éducation en français à Penetanguishene.
Les élèves manifestent devant l'hôtel Royal York, à Toronto, le 24 janvier 1980. Photo : Archives de Julien Laramée

La grande reconnaissance

En 1981, la Charte canadienne des droits et libertés donne aux francophones et aux anglophones minoritaires le droit d’avoir leurs propres écoles. Selon Joël Bilodeau, l’article 23, qui accorde également à ces minorités le contrôle de leurs écoles, puise son origine dans l’incident de Penetanguishene.

Le jugement Mahé (Alberta, 1990) affirme que les gouvernements ont le devoir de remédier à des injustices passées envers les minorités, et que le faible nombre d’une minorité n’est pas une raison de ne pas lui accorder d’établissement scolaire.

Le jugement Arsenault-Cameron (Île-du-Prince-Édouard, 2000) insiste sur l’importance de prendre des mesures particulières pour traiter les minorités également.

Image de l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.
Image de l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Photo : Radio-Canada/David Horemans

La nouvelle norme

Aujourd’hui, la présence d’écoles francophones en milieux minoritaires est normalisée dans tout le pays, si bien que des familles anglophones cherchent maintenant à y envoyer leurs enfants pour assurer leur bilinguisme.

Joel Belliveau se demande si les risques d’assimilation qui existaient jadis à l’école anglaise ne se posent pas maintenant dans les écoles françaises.

Chargement en cours