Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du lundi 2 septembre 2019

Les soubresauts historiques qui ont façonné le français québécois

Publié le

Des colons français embarquent dans un canot en compagnie d'Autochtones sur cette gravure datée entre 1667 et 1686.
Gravure intitulée Les sauvages vont s'établir à la Prairie de la Magdeleine avec les François, datée entre 1667 et 1686.   Photo : Bibliothèque et Archives Canada / Père Claude Chauchetière

Des mots comme « poudrerie » ou « trâlée »; des verbes tels que « s'abrier » et « garrocher », ainsi que des archaïsmes comme la prononciation des « ois » en « oué » ou la contraction du « cette » en « c'te » n'existaient pas dans la Nouvelle-France du 17e siècle. Éric Bédard, historien, explique à Jacques Beauchamp comment le contact prolongé des colons avec la nature, l'arrivée des Filles du roi et la conquête anglaise ont progressivement distingué le français d'ici de celui qu'on parlait à Paris.

Les témoignages écrits laissés par des visiteurs entre 1651 et 1759 sont unanimes : le français parlé en Nouvelle-France est aussi bon que celui de Paris.

Meilleur, même, puisque les patois régionaux sont pratiquement absents de la colonie. Les colons ont comme point commun d’être mobiles : pour arriver ici, ils doivent se faire comprendre.

Gros plan sur une feuille manuscrite de 1663 représentant l'acte de mariage entre Marie Targer, fille du Roy, et Jean Royer.
Acte de mariage unissant Marie Targer, Fille du Roy, à Jean Royer en 1663.   Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Le poids des Filles du roi est aussi notable. Elles sont majoritairement issues du bassin parisien, elles ont reçu l’éducation religieuse, et comme ce sont elles qui tiennent ménage et élèvent les enfants, elles aplanissent les différences linguistiques.

Des colons construisent une embarcation avec, en arrière-plan, la ville de Québec sur cette gravure représentant la vie en Nouvelle-France.
Gravure représentant la vie en Nouvelle-France   Photo : Bibliothèque et Archives Canada

La langue de la nature

Pierre Pothier, un père jésuite de passage vers 1740, note l’apparition de termes alors inconnus en France : « bûcher » ou « corder » le bois, être « tanné », dire qu’il « mouille » dehors, être sur le « plancher des vaches »... La proximité de la nature teinte la langue des colons.

Le retour de langue d’autrefoy

Le 18e siècle voit aussi des archaïsmes de la mère patrie poindre dans le parler de Nouvelle-France : dire « c’te » au lieu de « cette », se « nayer » au lieu de se noyer, « craire » au lieu de « croire », « carreauté » au lieu d’« à carreaux »…

La grande rupture

La conquête de 1760 et la Révolution française en 1789 achèvent de faire du parler canadien-français une langue distincte, selon Éric Bédard.

Le premier événement pousse l’élite française à quitter l’Amérique, freinant l’éducation et la transmission, et incitant au retour d’emplois jugés fautifs, tandis que le second entraîne une refonte du français de France. La nouvelle élite bourgeoise de Paris est soucieuse de s’éloigner du français parlé à la cour.

Un bataillon de soldats anglais parade dans les rues de Montréal sur la peinture i>Capitulation de Montréal en 1760</i>.
La conquête anglaise de 1760 a forcé les élites françaises à regagner l'Europe, compromettant l'éducation en Nouvelle-France. Image : Capitulation de Montréal en 1760, une peinture datant de 1800 d'artiste inconnu.    Photo : Musée virtuel du Canada

L’âge des complexes

Au 19e siècle, les visiteurs ont une idée tout autre de la langue vernaculaire des Canadiens français. Jadis jugée exemplaire, elle est désormais perçue comme étant inférieure.

Ce qui est frappant, c’est que nos élites canadiennes-françaises […] vont intégrer cette vision très dépréciative, vont avoir le sentiment qu’il y a un décalage, donc qu’il y a un rattrapage à faire. Plus tard au 19e siècle et au tournant du 20e siècle, vont naître les sociétés du bon parler français. Ce qui est surtout ciblé, ce sont ces anglicismes, ou ces mauvais usages calqués sur l’anglais.

Éric Bédard

Les années 1960 à 1980 donnent lieu à un retour de balancier et l’on observe une fierté résurgente pour les particularités de la langue québécoise.

Pour l’historien, ces débats continuels sur la qualité du français d’ici nous incitent à développer une connaissance sans cesse meilleure de notre langue.

Chargement en cours