•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mouvement City Beautiful ou les débuts de l’urbanisme moderne

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 21 h à 22 h

Le mouvement City Beautiful ou les débuts de l’urbanisme moderne

Audio fil du lundi 26 août 2019
Bâtiments de la White City lors de l'Exposition universelle de 1893, à Chicago.

Bâtiments de la White City lors de l'Exposition universelle de 1893, à Chicago

Photo : Domaine public

Mettre de l'avant la beauté et l'efficacité des villes; voilà l'objectif du mouvement architectural et urbanistique City Beautiful. Né à Chicago en 1893, ce courant s'est, depuis, répandu un peu partout dans le monde. Harold Bérubé, professeur d'histoire à l'Université de Sherbrooke, décrit l'origine et l'influence de ce mouvement qui a su allier l'utile à l'agréable.

À la fin du 18e siècle, les États-Unis se sont fortement industrialisés. Les grandes villes ont été construites rapidement, sans grands soucis de coordination. Résultat : les infrastructures sont inefficaces et plutôt laides.

Pour embellir le quotidien des citadins, des architectes comme Frederick Law Olmsted misent sur la création de nouveaux parcs. Ce dernier va d’ailleurs dessiner les plans de Central Park, à New York, et du parc du Mont-Royal, à Montréal.

Cette solution n’est toutefois pas suffisante pour les représentants du mouvement City Beautiful. Pour ceux-ci, la ville elle-même doit être plus belle et fonctionnelle. L’Exposition universelle de 1893, à Chicago, à laquelle participe également Olmsted, sera l’occasion pour eux de présenter leurs idées.

« L’exposition White City est la vitrine spectaculaire des principes de [City Beautiful] et la synthèse de ses idées », explique Harold Bérubé. Il s’agit d’une installation gigantesque, toute blanche, dans un style néoclassique monumental et parfaitement aménagé.

C’est une cité modèle qui tranche de manière brutale avec la grisaille de Chicago. On se croirait dans un conte de fées quand on la regarde.

Harold Bérubé

White City est une création de l’architecte Daniel Burnham, chef de file du mouvement City Beautiful. À la suite de ce succès, il soumet en 1909 un grand plan pour moderniser la ville de Chicago. La majorité de ses recommandations seront mises en œuvre.

D’autres villes américaines, comme Washington, Denver et Pittsburgh, vont s’inspirer du mouvement City Beautiful. À l’international, on trouve des traces de ce courant dans des villes comme New Delhi, en Inde, Canberra, en Australie, ou encore Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi