Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 18 juin 2019

L’agression contre Monica Seles, championne mondiale de tennis féminin

Publié le

Une joueuse de tennis serre les dents avant de frapper avec sa raquette une balle qui arrive.
Monica Seles au tournoi de Wimbledon en 1992.   Photo : Getty Images / Bob Martin

« C'est unique. [...] Monica Seles trônait depuis deux ans au sommet du classement mondial, et tout s'est joué pour elle en une fraction de seconde. Elle l'a dit et elle l'a répété souvent : "Ça a ruiné ma vie. Ça a ruiné ma carrière" », raconte la journaliste sportive Diane Sauvé sur l'agression au couteau qu'a subie la joueuse de tennis le 30 avril 1993 à Hambourg, en Allemagne. À la suite de cette attaque, Monica Seles a mis plus de deux ans avant de revenir à la compétition, et son élan de grande championne a été brisé.

Dès sa première saison sur le circuit de tennis féminin professionnel, à 14 ans, Monica Seles se hisse parmi les 10 premières au monde. À 16 ans, elle remporte son premier tournoi du grand chelem, celui de Roland-Garros en 1990, contre Steffi Graf. À 17 ans, 3 mois et 2 jours, elle devient la plus jeune joueuse à obtenir le titre de première au monde lorsqu’elle déloge Steffi Graf, qui occupait ce rang depuis 3 ans et demi. Monica Seles demeure au premier rang du circuit de la Women’s Tennis Association (WTA) pendant 91 semaines, soit de septembre 1991 à juin 1993.

Une joueuse de tennis tient sur sa tête un trophée devant une foule avec des parapluies, assise dans des gradins.
Monica Seles, championne du tournoi de Roland-Garros à Paris, en 1990. Photo : Getty Images/Bob Martin

L’agression

Le vendredi 30 avril 1993, Monica Seles dispute le match de quart de finale du tournoi de Hambourg contre la Bulgare Magdalena Maleeva. Elle gagne la première manche 6-4 et mène 4-3 à la deuxième. Lors du changement de côté de terrain, elle s’assoit, se penche pour prendre son verre d’eau et sent une vive douleur dans son dos. Elle se tourne : un homme tient un couteau à désosser de 23 centimètres. Il n’a pas le temps de frapper une deuxième fois, car des spectateurs le maîtrisent. Monica Seles crie et s’effondre de douleur. Les infirmiers lui donnent les premiers soins et elle est transportée d’urgence à l’hôpital.

Son agresseur, Günter Parche, est un ouvrier allemand au chômage de 38 ans obsédé par une joueuse : Steffi Graf, sa compatriote.

Il veut s’en prendre à Monica Seles, car il n’accepte pas le fait qu’elle ait délogé Steffi Graf du premier rang mondial.

Diane Sauvé, journaliste sportive

Günter Parche est condamné à deux ans de prison avec sursis, avec l’obligation de suivre des traitements psychiatriques. La famille Seles interjette appel.

Désillusion et dépression

Une femme imite le geste de poignarder quelqu'un.
Lors d’un témoignage en cour en 1993, Monica Seles explique comment son agresseur l’a poignardée durant un match de tennis. Photo : Getty Images

Après l’agression, Monica Seles est consternée d’apprendre que le tournoi se poursuit. Quelques jours plus tard, 17 des meilleures joueuses de la WTA refusent, après un vote (Gabriela Sabatini s’abstient), qu’elle conserve son premier rang jusqu’à son rétablissement. Par-dessus le marché, le père de Monica Seles est atteint d’un cancer de la prostate. Après une rapide guérison, elle sombre dans une lourde dépression pendant deux ans et développe des problèmes de boulimie. La peine clémente de son agresseur l’affecte également.

À son retour sur les courts en 1995, Monica Seles remporte les Internationaux de tennis féminin du Canada à Toronto, en août, sans toutefois retrouver son titre de grande championne. Ses problèmes de boulimie persistent. L’ex-numéro un gagne son dernier tournoi du grand chelem en Australie, en 1996. Elle joue son dernier match en 2003 et annonce officiellement sa retraite du circuit de tennis féminin en 2008.

L’agression de Monica Seles a marqué la WTA. Aujourd’hui, tous les joueurs de tennis des circuits professionnels sont sous haute surveillance durant les tournois.

Même si Monica a établi plusieurs records, cette agression reste gravée dans la mémoire des gens. De plus, l'incident lui a fait perdre beaucoup d’argent, soit près de 10 millions de dollars en bourses et en commandites.

Chargement en cours