•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d’Ayrton Senna : une tragédie qui a changé la sécurité des pilotes de F1

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

Mort d’Ayrton Senna : une tragédie qui a changé la sécurité des pilotes de F1

Audio fil du lundi 10 juin 2019
La voiture d'Ayrton Senna après l'accident fatal

La voiture d'Ayrton Senna après son accident survenu dans la courbe de Tamburello, sur le circuit d'Imola.

Photo : La Presse canadienne / AP / Pesci

« Ç'a été vraiment le coup d'envoi de toute une série de mesures, qui font que le sport automobile aujourd'hui, la F1 en particulier, demeure un sport risqué, un environnement très à risque, mais [ce sont] des risques disons beaucoup plus calculés que ce que l'on pouvait connaître à une certaine époque », dit le commentateur sportif Pierre Houde, en parlant de l'accident fatal d'Ayrton Senna, survenu le 1er mai 1994 au Grand Prix de Saint-Marin. La mort du pilote brésilien, précédée la veille par celle du pilote autrichien Roland Ratzenberger lors des qualifications du même Grand Prix, a mené à l'amélioration de la sécurité des pilotes dans les années subséquentes.

« C’est malheureusement ce que l’on voit aussi lors des catastrophes aériennes. La sécurité a évolué beaucoup par la suite », note Pierre Houde, qui commentait la course disputée ce jour-là sur le circuit d’Imola.

À la suite des accidents de Roland Ratzenberger et d’Ayrton Senna, Max Mosley, président d'alors de la Fédération internationale de l'automobile, a décidé de faire de l'amélioration de la sécurité des pilotes son principal cheval de bataille, selon ce que raconte le commentateur sportif.

Celui-ci explique que Max Mosley a fait faire à la F1 des pas de géant en ce qui concerne la sécurité active, c'est-à-dire celle des voitures, et la sécurité passive, soit celle des circuits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi