Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 5 juin 2019

L’incroyable aventure du tunnel sous la Manche

Publié le

Un train jaune et blanc nommé Eurostar sort  d'un tunnel qui porte le nom d'Eurotunnel.
Un train de l'Eurostar émerge de l'Eurotunnel.   Photo : Getty Images / DENIS CHARLET

Le 6 mai 1994, un rêve vieux de près de deux siècles a été réalisé lors de l'inauguration du tunnel sous la Manche entre le nord de la France et le sud-est de l'Angleterre. Le plus grand passage sous-marin du monde, une formidable prouesse technique et le chantier du siècle pour certains, a mobilisé un investissement colossal. L'historien Éric Dussault raconte la construction de cette structure unique.

En 1801, Albert-Mathieu Favier propose une première idée concrète, un tunnel foré composé de deux galeries superposées. En 1802, le retour des guerres napoléoniennes met fin au projet.

Vers 1830, l’ingénieur français Aimé-Thomé de Gamond, surnommé le père du tunnel, consacre sa vie à ce projet. Il découvre une proximité géologique entre les bassins océaniques des deux pays, mais, avant de mourir dans l’oubli, il est écarté d’une première entreprise de construction, britannique et française, qui creuse de chaque côté presque deux kilomètres de galeries entre 1874 et 1883. Ces travaux prennent fin devant l’opposition des militaires des deux pays.

Un dessin de tunnel sous-marin entre deux rives.
Un dessin de tunnel sous la Manche par Aimé-Thomé de Gamond, en 1850 Photo : Getty Images/General Photographic Agency

En 1981, François Mitterrand prend le pouvoir en France. Des discussions concrètes au sujet du tunnel reprennent alors, et quatre projets sont soumis en 1985. Le président français et la première ministre britannique, Margaret Thatcher, choisissent l’Eurotunnel en 1986.

Un coût gigantesque, des travaux titanesques

Près de 200 banques, dont le quart proviennent du Japon, financent le tunnel, et la population peut y contribuer en achetant des actions.

Pendant 8 ans, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, la construction de la structure mobilise près de 13 000 ingénieurs, ouvriers et techniciens anglais et français. C’est 11 gigantesques foreuses, créées sur mesure, qui creusent 3 tunnels de 50,45 km, dont 37,9 sous le niveau de la mer, jusqu’à 75 mètres de profondeur. Coût total de la construction : 14 milliards d’euros.

Les conditions de travail sont comparables à celles d’une mine, avec leur lot d’humidité, de fraîcheur et de bruit dans un milieu enclavé.

Trois ouvriers travaillent près d'un tunnelier.
Des ouvriers travaillent près d'un tunnelier de l'Eurotunnel en 1988. Photo : Getty Images/AFP

Le 1er décembre 1990, les travailleurs français et britanniques se rencontrent. La poignée de main entre les ouvriers Philippe Cozette et Graham Fagg est historique.

L’ouvrier français racontait qu’il n’aurait jamais cru que ce serait des ouvriers qui auraient été utilisés pour inaugurer ce moment historique, qui est le lien direct entre l’Angleterre et la France. Il était certain que ce serait des politiques, des personnalités publiques qu’on aurait choisies.

Éric Dussault, historien

Aujourd’hui, le lien entre Calais dans le nord de la France et Folkestone dans le Kent anglais accueille 360 trains par jour, l’Eurostar relie les gares de Paris et de Londres en 2 heures 15, et les navettes transportent 180 voitures en 35 minutes de l’autre côté de la Manche.

Le côté sombre de l’Eurotunnel

Malheureusement, depuis la mise en service du train Eurostar, en 1994, quelques accidents sont survenus. Le 18 novembre 1996, un incendie intoxique légèrement huit personnes. Un deuxième incendie se produit en 2008, ce qui mène en 2010 à l’installation d’un dispositif de lutte contre les incendies au coût de 20 millions d’euros.

En décembre 2009, l’hiver et le froid paralysent le train avec ses passagers sous la Manche pendant 13 heures, et en 2018, une panne électrique immobilise le train.

Un dernier épisode de l’histoire de l’Eurotunnel s’écrit depuis quelques années avec la montée en flèche des migrants clandestins qui tentent de l’emprunter en direction de l’Angleterre.

C’est le côté sombre de l’Eurotunnel. On estime qu’il y a pas moins de 170 personnes qui sont mortes depuis 1999 à Calais.

Éric Dussault, historien
Quatre personnes marchent le soir près de rails de train.
À Calais en France, des migrants marchent sur les rails menant à l'Eurotunnel. Photo : Associated Press/Emilio Morenatti

Malgré ces événements et un possible Brexit, l’Eurotunnel est là pour rester et a modifié les relations entre deux pays séparés par la mer.

Chargement en cours