Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du lundi 13 mai 2019

La fin des Beatles, pas seulement attribuable à Yoko Ono

Publié le

Ringo Starr, George Harrison, John Lennon et Paul McCartney des Beatles lors de la promotion de l'album «Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band » en 1967
Ringo Starr, George Harrison, John Lennon et Paul McCartney des Beatles lors de la promotion de l'album «Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band » en 1967   Photo : Getty Images / John Pratt

« C'est peut-être une des étincelles qui a fait se briser le groupe, mais ce n'était pas la seule », dit l'auteur-compositeur-interprète Gilles Valiquette au sujet de Yoko Ono, accusée pendant longtemps d'avoir été la principale raison pour laquelle les Beatles se sont séparés en 1970. Le chanteur québécois, grand admirateur du légendaire quatuor britannique, souligne que des différends artistiques et des tensions interpersonnelles au sein du groupe ont aussi provoqué la fin de l'association entre John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr.

Déjà, au milieu des années 1960, des accrochages ont commencé à avoir lieu entre les quatre membres du groupe, exténués par des années de tournées partout à travers le monde. Tranquillement, John Lennon, Paul McCartney et George Harrison se sont éloignés artistiquement les uns des autres.

Selon Gilles Valiquette, cet éloignement entre les membres du groupe s'entend sur The Beatles, surnommé l'Album blanc (White Album), paru en 1968.

« Du début [de leur carrière] jusqu’à Sgt. Pepper's inclus, on sent l’esprit de collaboration qu’il y a entre eux autres. Mais à partir du moment où chacun s’en va un petit peu de son côté [...], et c’est ce qu’on sent sur l’album blanc [...], on sent que ces individus-là veulent avoir le dernier mot sur leurs compositions », explique Gilles Valiquette, faisant notamment référence au fait que John Lennon, Paul McCartney et George Harrison arrivaient aux séances d’enregistrement avec leurs propres chansons, et que le sens du compromis était de moins en moins présent parmi eux.

Tout le monde avait des projets parallèles.

Gilles Valiquette, auteur-compositeur-interprète et grand amoureux des Beatles

Gilles Valiquette fait également remarquer qu’en 1969, pendant l'enregistrement de l’album Let It Be, des moments de tension ont surgi entre Paul McCartney et George Harrison, au moment où le premier donne certaines instructions au second.

Le moment où se disputent Paul McCartney et George Harisson (en anglais) :

Gilles Valiquette note que, bien évidemment, la vie de couple des quatre musiciens a également eu des répercussions sur la fin du mythique groupe britannique. Par exemple, la présence de Yoko Ono aux séances d’enregistrement des Beatles a vivement déplu, à l’époque, aux complices de John Lennon.

C’est cependant une combinaison de facteurs qui a provoqué la mort du groupe, annoncée en avril 1970, selon l’auteur-compositeur-interprète québécois.

Chargement en cours