Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 25 avril 2019

Le lac des cygnes, le chef-d’œuvre intemporel du ballet classique

Publié le

Une ballerine en costume exécute un mouvement sur le sol sur une scène.
Maïa Plissetskaïa interprète « Le lac des cygnes » en 1997   Photo : Reuters / Petr Josek Snr

Avec Le lac des cygnes, le compositeur russe Piotr Ilitch Tchaïkovski a révolutionné le monde du ballet classique. Encore aujourd'hui, il s'agit d'un des ballets les plus dansés dans le monde. Geneviève Guérard, première danseuse aux Grands Ballets Canadiens de Montréal de 1999 à 2006, raconte l'histoire et l'importance de cette œuvre qui défie le temps.

En 1875, le Ballet du Bolchoï de Moscou commande un premier ballet à Tchaïkovski, qui est déjà un compositeur accompli.

L’histoire
Le prince Siegfried célèbre son anniversaire. Ce matin, en lui offrant son cadeau, une arbalète, sa mère lui demande de choisir une épouse lors du bal qui aura lieu en soirée. Le prince va essayer sa nouvelle arme de chasse dans le bois avec ses amis et arrive près d’un magnifique lac où il voit une communauté de cygnes blancs. Il en vise un. Au moment de déclencher son arbalète, il réalise que le cygne se transforme en femme magnifique, Odette. Il devient instantanément amoureux d’elle. Victime d’un sort du sorcier Rothbart, Odette a l’apparence d’un cygne le jour et retrouve sa forme humaine la nuit.

[Le lac des cygnes] est impressionnant à bien des niveaux, [dont] visuellement parce qu’il y a 24 ballerines habillées en blanc qui forment la communauté des cygnes du lac des cygnes, et elles sont coordonnées de façon presque militaire. Ensuite, la musique est tellement dramatique pour illustrer cette histoire, elle est reconnaissable entre toutes.

Geneviève Guérard

Au fil des ans, la fin du Lac des cygnes change. Tchaïkovski aime mieux une fin dramatique, qui est privilégiée par les tsars de Russie. Sous la Russie communiste, la fin heureuse est adoptée afin de démontrer que la communauté des cygnes blancs symbolise l’union nationaliste russe victorieuse sur le capitalisme, représenté par le cygne noir.

Sous un éclairage bleu, six ballerines costumées dansent avec les bras en l'air.
Des danseuses du Ballet Bolchoï de Moscou en 2001 sur scène pour « Le lac des cygnes ». Photo : Getty Images/ALEXANDER NEMENOV

Après sa première présentation, en 1877, le ballet n’est présenté de nouveau qu’en 1895, lorsque sa musique et sa chorégraphie sont revisitées. Le succès est au rendez-vous cette fois, grâce aux chorégraphes Marius Petipa et Lev Ivanov.

Des danseuses étoiles

Parmi les plus grandes danseuses du monde qui interprètent le double rôle d’Odette et d’Odile, Pierina Legnani et surtout Maïa Plissetskaïa ressortent du lot. Cette dernière vit sous le régime communiste et, contrairement à plusieurs danseurs russes, elle ne fuit pas le pays.

Je pense que c’est à travers sa danse qu’elle se libérait. C’est pour ça que c’est si puissant de la voir danser. […] Elle se libérait de l’intérieur.

Geneviève Guérard

Plus encore, Maïa Plissetskaïa est utilisée comme outil de propagande par le gouvernement. L’homme d’État soviétique Nikita Khrouchtchev emmène les dignitaires étrangers de passage la voir danser. En 1976, la danseuse tourne une version du Lac des cygnes pour la télévision. Le ballet sera présenté deux fois par année à la télévision d’État, qui s’en servira également pour camoufler des événements importants, par exemple la mort de Léonid Brejnev et le putsch raté contre Mikhaïl Gorbatchev.

Au fil du temps, Le lac des cygnes est adapté de nombreuses fois sur scène et au cinéma, dont en 2011 dans le film de Darren Aronofsky Le cygne noir. Au départ, le double rôle d’Odette et d’Odile est mis de l’avant. À la fin des années 1960, le chorégraphe Yuri Grigorovitch offre une autre version, en insistant davantage sur le prince Sigfried. En 2001, il ramène la finale dramatique du ballet.

Aujourd’hui, Le lac des cygnes est en continuelle évolution, et la musique de Tchaïkovski nous transporte encore autant.

Chargement en cours