Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 24 avril 2019

Québécoises deboutte!, l’intense aventure féministe révolutionnaire du Front de libération des femmes

Publié le

Une page couverture d'une publication intitulé Québécoises deboutte.
Une page couverture du journal « Québécoises deboutte! »   Photo : Facebook/Colloque Toujours debouttes

Dans les années 1970, alors que le Québec était en pleine ébullition, le Front de libération des femmes (FLF) était organisé en cellules et se définissait comme révolutionnaire. Véronique O'Leary, militante au FLF, cofondatrice du Centre des femmes et fondatrice et directrice artistique du Théâtre des Cuisines, le premier théâtre féministe au Québec, nous fait revivre les belles heures du féminisme de ces années.

Québécoises deboutte! Cette expression colorée exprime la volonté d’affirmation et de soulèvement des femmes contre l’hypocrisie sociale de l’époque qui affirme qu’elles sont davantage libres. Ces dernières se soulèvent contre leur oppression, la loi du silence et la violence, tant physique et psychologique que sexuelle.

Le FLF apparaît après une manifestation d’un groupe de femmes en novembre 1969. Ses premières militantes proviennent de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), sont des actrices, des travailleuses, des ménagères à temps plein, des femmes à emploi précaire et des étudiantes.

Nous avons réalisé la force du nous, d’être ensemble, et qu’on avait un réel pouvoir.

Véronique O'Leary

Au Québec, les racines du féminisme radical proviennent des États-Unis. À Montréal, une partie du mouvement naît sous l’impulsion de femmes anglophones. Les francophones y adhèrent et cohabitent avec elles; elles sont même majoritaires pendant un certain temps.

Les femmes anglophones avaient accès à tous les textes américains. Elles avaient la connaissance théorique, donc on se sentait un peu au dépourvu par rapport à la connaissance de notre milieu québécois. […] Elles ne vivaient pas ce qu’on vivait nous comme colonisées québécoises. La situation n’était pas la même.

Véronique O'Leary

Les deux camps se séparent donc, mais de manière laborieuse.

Des causes et une action spectaculaire

Parmi les causes défendues par le Front de libération des femmes, la lutte pour l’avortement se trouve en premier plan.

Les femmes qui se faisaient avorter, c’était criminel. C’était de la désobéissance civile claire.

Véronique O'Leary

Ensuite, le mouvement contribue à la création des premières garderies populaires.

Le 1er mars 1971, le FLF accomplit une action spectaculaire au procès du felquiste Paul Rose. En occupant le banc des jurés, sept militantes protestent bruyamment contre le fait que des femmes ne peuvent être jurées dans des procès. Le juge les condamne sur-le-champ à un mois de prison.

Cette même année, le FLF lance le journal Québécoises deboutte!

On voulait tellement parler aux autres femmes, faire connaître ce qu’on découvrait entre nous. […] Et nous, c’était la sororité, notre possible solidarité.

Véronique O'Leary

L’organisation se dissout en 1971, peu de temps après la publication du premier et seul numéro du journal. Cette durée d’existence semble courte, mais les réalisations du FLF sont nombreuses et certaines durables.

Quand je regarde tout ce qu’on a fait, [je constate que] c’est intense. […] Je pense qu’il y a eu un essoufflement, un épuisement, et que de jeunes femmes voulaient plus de sérieux.

Véronique O'Leary

Le FLF a entamé une nouvelle vie avec le Centre des femmes. Une nouvelle gauche s’est dirigée vers le marxisme-léninisme et a poursuivi ces actions militantes.

Québécoises deboutte! tome 1. Une anthologie de textes du Front de libération des femmes (1969-1971) et du Centre des femmes (1972-1975), Véronique O'Leary et Louise Toupin, Les Éditions du remue-ménage, 1982.

Québécoises deboutte! tome 2. Collection complète des journaux, 1972-1974, Véronique O'Leary et Louise Toupin, Les Éditions du remue-ménage, 1983.

En prison pour la cause des femmes. La conquête du banc des jurés, Marjolaine Péloquin, Les Éditions du remue-ménage, 2007.

Chargement en cours