Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 17 avril 2019

L’amitié entre Frank Sinatra et les présidents américains

Publié le

Photo en noir et blanc de deux hommes souriants sur une pelouse.
Frank Sinatra et John F. Kennedy   Photo : Getty Images

Franklin Delano Roosevelt, Harry Truman, John F. Kennedy et Ronald Reagan. Le nombre de présidents américains appuyés par Frank Sinatra est impressionnant. Le chanteur demeure aujourd'hui l'un des seuls artistes qui ont côtoyé aussi étroitement le milieu politique de son pays. La politologue Karine Prémont raconte la nature des liens entre l'interprète de Fly Me to the Moon et certains présidents américains.

Les relations de Frank Sinatra avec le milieu politique commencent lorsque le chanteur rencontre Franklin Delano Roosevelt à la Maison-Blanche, en 1944.

Tout de suite, [Frank Sinatra] est impressionné par Roosevelt. […] Il se laisse assez facilement convaincre de faire campagne pour lui.

Karine Prémont, politologue

Frank Sinatra fait campagne pour les autres candidats démocrates qui succèdent à Franklin Delano Roosevelt, notamment Harry Truman en 1948 et Adlai Stevenson en 1952 et en 1956.

Il mobilise les électeurs de façon très importante, et c’est pour ça que c’est intéressant pour les politiciens de l’avoir de leur côté.

Karine Prémont, politologue

Une profonde amitié avec Kennedy

La relation de Frank Sinatra avec John F. Kennedy est étroite. Ils se rencontrent à quelques reprises durant les années 1950, s’admirent mutuellement et deviennent de proches amis vers 1955.

Ils fréquentent les mêmes cercles, que ce soit à Los Angeles ou à Las Vegas. Ils ont des amis communs. […] Ils ont plusieurs points en commun : ce sont des charmeurs, des séducteurs, ils aiment faire la fête. Ils se partagent des petites amies, sont complices de leurs adultères.

Karine Prémont, politologue

Leur amitié prend cependant fin de manière abrupte. John F. Kennedy prévoit de passer quelques jours à Palm Springs chez Frank Sinatra pendant le congé de Pâques. Pour bien le recevoir, le chanteur fait rénover une partie de sa maison. Finalement, il apprend de manière indirecte que le président ira plutôt chez Bing Crosby, qui est pourtant un républicain.

C’est que John F. Kennedy prend ses distances avec Frank Sinatra en raison des allégations sur ses relations avec le crime organisé. Son frère Bobby Kennedy est alors procureur général des États-Unis; il est donc au fait des enquêtes sur le crime organisé.

Changement d’allégeance avec Ronald Reagan

Frank Sinatra et Ronald Reagan sont amis depuis les années 1970. La relation plus politique du chanteur avec le Parti républicain se produit en 1972, lorsqu’il estime que le démocrate George McGovern se situe trop à gauche politiquement. Frank Sinatra soutient donc Richard Nixon pour cette élection.

Même s’il est ami avec Ronald Reagan, Frank Sinatra demeure attaché à ses convictions progressistes.

Il essaie toujours de modérer son ami, sans succès, mais il croit que ce dernier est un bon candidat pour être président des États-Unis.

Karine Prémont, politologue

Le chanteur donne donc 4 millions de dollars à la campagne de Ronald Reagan de 1980, participe à des campagnes de financement et organise le bal inaugural.

Un homme s’interpose au sein d’un couple en train de danser.
Ronald Reagan, Frank Sinatra et Nancy Reagan Photo : Associated Press/MIKE EVANS

C’est probablement Reagan qui lui offre cette plus grande proximité avec le pouvoir. Il a pratiquement accès comme il le veut à la Maison-Blanche à cette époque.

Karine Prémont, politologue

Au sujet de ses relations avec le crime organisé, qui ont détruit son amitié avec John F. Kennedy, les Reagan ont toujours pensé qu’il ne s’agissait que de rumeurs. Finalement, Frank Sinatra entretenait des liens sociaux avec le crime organisé, mais pas d’affaires.

Chargement en cours