Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 14 mars 2019

Le président américain Andrew Jackson, le populiste

Publié le

Portrait d'un homme avec un vêtement rouge et noir.
Andrew Jackson   Photo : Domaine public

Politicien extrêmement populiste, Andrew Jackson a marqué l'histoire en soutenant la déportation des Amérindiens à l'ouest du Mississippi et l'esclavage. Il a été le président de la majorité blanche, dont il se réclame. Pour les autres, Noirs et Amérindiens, il a été sans pitié.

Déjà au 19e siècle, c’est l’image qu’on a de lui. […] Il est un président associé à la démocratie, mais quand on fouille un peu plus loin, […] on se rend que c’est une démocratie pour les Blancs seulement.

Mylène Desautels, historienne

Ses origines

Andrew Jackson naît dans un milieu très pauvre de parents immigrés d’Irlande du Nord. Sa famille est décimée durant la guerre d’indépendance. Adolescent, il sert comme courrier dans l’armée américaine et est même fait prisonnier par les Anglais.

Après la guerre, il déménage à Nashville et devient propriétaire d’esclaves, commerçant et spéculateur de terres indiennes, qu’il rachète parfois, à l’encontre de la loi. Doté d’une intelligence supérieure, il réussit à s’éduquer comme avocat.

Quand le Tennessee devient un État, Andrew Jackson occupe très rapidement divers postes. Il devient notamment membre de la chambre des représentants, sénateur et juge à la Cour suprême.

Héros de guerre

Durant la guerre anglo-américaine de 1812-1815, Andrew Jackson s’illustre à la bataille de La Nouvelle-Orléans. Ses exploits militaires le font connaître à Washington.

Une toile représente une bataille entre soldats anglais et américains. Un homme pointe une épée devant lui.
Andrew Jackson à la bataille de la Nouvelle-Orléans, lors de la guerre de 1812-1815.   Photo : Domaine public

Il a déjà l’ambition d’étendre le territoire des États-Unis. Il effectue des incursions illégales en Floride et attaque les Séminoles. Sa stratégie fonctionne : l’Espagne vend la Floride aux États-Unis deux ou trois ans plus tard.

Le candidat à la présidence

Andrew Jackson se présente une première fois à l’élection de 1824. Il obtient la majorité au vote populaire et au collège électoral, mais pas la majorité absolue. La Chambre des représentants doit alors trancher. Elle choisit John Quincy Adams, qui provient de l’élite politique du nord des États-Unis.

Jackson est furieux. Il s’est fait voler la présidence, dans son esprit. Son populisme vient de là aussi : les élites qui volent la présidence en 1824 contre le personnage qui représente la population américaine.

Mylène Desautels, historienne

Il se reprend quatre ans plus tard en tablant sur cette stratégie populiste. Andrew Jackson est le premier président qui n’est pas issu de la classe des planteurs ou de l’élite marchande de la Nouvelle-Angleterre. Il prend le pouvoir à Washington avec force et fracas.

Il invite ses supporteurs, qui sont bruyants, qui l’aiment profondément, au banquet de la Maison-Blanche. […] L’élite à Washington est complètement choquée de ce changement de garde.

Mylène Desautels, historienne

Sa présidence

Durant ses deux mandats, Andrew Jackson adopte des politiques très populistes, dont certaines sont aujourd’hui controversées. Il est ouvertement raciste. Selon lui, l’esclavage participe à la création de la richesse aux États-Unis.

La loi sur le déplacement des Indiens (Indian Removal Act) de 1830 fait en sorte que toutes les nations, même celles dites civilisées qui sont intégrées au mode de vie américain, doivent se déplacer à l’ouest du Mississippi, dont les Cherokee et les Creek, des alliés de la guerre de 1812.

C’est ce qui donne lieu à ce qu’on appelle la piste des Larmes, cette longue marche de déportation qui dure, en tout, pour toutes ces nations, 10 ans.

Mylène Desautels, historienne

Jusque dans les années 1950, des biographies sur ce président ne mentionnent même pas qu’il était esclavagiste, et la loi sur le déplacement des Indiens y figure à peine. Aujourd’hui, la plupart des historiens replacent au centre de leur réflexion ces politiques.

Chargement en cours