Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 28 février 2019

Denis Diderot, l’écrivain-philosophe des Lumières

Publié le

Un portrait représente un homme qui regarde au loin et qui fait s'apprête à écrire.
Denis Diderot   Photo : Domaine public

Personnage clé du 18e siècle français, Denis Diderot a été l'équivalent de Rousseau et a été plus important encore que Voltaire, selon l'historien Claude Sutto. Quelle importance a-t-il donc eue, et que doit-on retenir de lui, au-delà de sa célèbre Encyclopédie? En véritable passionné, Benoit Melançon, professeur au Département des littératures de langue française de l'Université de Montréal, raconte l'importance de son œuvre.

Denis Diderot naît en 1713 à Langres, à 300 km de Paris. Son père est un coutelier. Il est une figure récurrente dans l’œuvre de Denis Diderot, soit l’image du père de famille exemplaire.

Le futur écrivain arrive à Paris juste avant sa vingtaine. Il fait de longues études en théologie. En se lançant dans la traduction, il entre ainsi dans le monde des lettres.

Denis Diderot écrit d’abord des essais philosophiques. En 1746, il publie l’ouvrage Pensées philosophiques, qui est aussitôt condamné à être brûlé. L’année suivante, il écrit La promenade du sceptique, mais la police saisit le manuscrit. Déjà, Denis Diderot choque.

Diderot est un athée, un vrai, il n’est pas un déiste comme les autres, c’est un matérialiste. Et donc, sa pensée va beaucoup plus loin que celle de ses contemporains.

Benoit Melançon

L’Encyclopédie

En 1746, les libraires et les éditeurs avec lesquels Denis Diderot collabore à titre de traducteur se lancent dans une traduction d’une encyclopédie anglaise, celle d’Ephraim Chambers. Denis Diderot est nommé pour ce travail. L’année suivante, il commence la version française de cet ouvrage, ce qui l’occupe pendant plus de 20 ans.

Une page couverture jaunie du livre Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers
La page couverture du livre « Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers »   Photo : Domaine public

Diderot marie les sciences, les arts et les métiers. C’est ce qui est nouveau dans l’Encyclopédie.

Benoit Melançon

En 1752, le pouvoir royal suspend la rédaction de l'Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, et en 1759, il supprime l'ouvrage.

Le dramaturge

Denis Diderot accède à la littérature en passant par le théâtre. Il écrit des pièces qui ne remportent pas beaucoup de succès et il les théorise tout de suite. Par exemple, en 1757, il écrit Le fils naturel, suivi immédiatement d’un texte intitulé Les entretiens du fils naturel.

Le dramaturge n’a pas beaucoup d’influence, le théoricien, si.

Benoit Melançon

Il est également critique d’art et il collabore à la revue La correspondance littéraire, destinée à une dizaine de têtes couronnées d’Europe. Il suit donc l’actualité artistique parisienne, dont les salons de peinture du Louvre.

Il invente la critique d’art. Au 19e siècle, Baudelaire se réclame de lui.

Benoit Melançon

Le romancier

En 1748, Denis Diderot fait paraître Les bijoux indiscrets, le seul roman qu’il publie de son vivant. Les trois grands romans de sa carrière demeurent La religieuse, Jacques le Fataliste et Le neveu de Rameau.

Il va tellement loin sur le plan de la forme qu’il voit bien qu’il ne peut pas trouver un public à son époque. Il doit se contenter soit de la correspondance littéraire, soit de la postérité.

Benoit Melançon

Plutôt antimonarchiste, Denis Diderot se retrouve pourtant à la cour de Catherine II de Russie à Saint-Pétersbourg de 1773 à 1774.

Un portrait représente une femme du 18e siècle tendant un bâton mince en or.
Catherine II de Russie   Photo : Domaine public

C'est en 1784 qu'il meurt. Pour le bicentenaire de sa mort, en 1984, Jean-Claude Bonnet publiera un livre intitulé Diderot : promenade dans l’œuvre. Dans sa conclusion, il opposera Rousseau et Diderot de la manière suivante : « Comment résumer Rousseau? C’est moi. Comment résumer Diderot? Où suis-je? »

Cette quête d’identité de Denis Diderot nous concerne encore aujourd’hui.

Chargement en cours