Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 21 février 2019

Sidney Bechet, le plus français des musiciens de jazz américains

Publié le

Photo en noir et blanc d'un saxophoniste.
Sidney Bechet   Photo : Getty Images / Hulton Archive

Sidney Bechet est né à La Nouvelle-Orléans, où la musique est reine. Toute sa vie, il a été associé au jazz de cette ville de la Louisiane, et avec Louis Armstrong, il a été l'un des géants de ce style musical. L'animateur d'ICI Musique Stanley Péan nous présente cette grande figure du jazz.

Le son de Sidney Bechet est étroitement associé à la musique de La Nouvelle-Orléans, qui est un jazz d’improvisations collectives où les voix des instruments se mélangent et créent des mélodies festives.

D’abord clarinettiste, il la délaisse très tôt et il s’illustre au saxophone soprano dans les années 1920.

Il quitte La Nouvelle-Orléans pour Chicago et ensuite New York. C’est là qu’il fait partie, très brièvement, de l’orchestre de Duke Ellington, où il influence Johnny Hodges, son saxophoniste alto. Il rencontre également Louis Armstrong avec Duke Ellington.

Ils font de la grande musique ensemble. Ils ont ces origines communes, ils savent dialoguer dans cet idiome qu’est le jazz des origines.

Stanley Péan, animateur

Il séjourne une première fois en France au milieu des années 1920. À Paris, il partage la scène avec Joséphine Baker, une de ses amies, dans La revue nègre.

Cette première période française de Sidney Bechet s’interrompt à la fin des années 1920. Lors d’une tournée en 1928, une bagarre éclate entre lui et le banjoïste Mike McKendrick. Sidney Bechet lui tire dessus avec un revolver, sans le toucher, mais il blesse un témoin. Il passe 11 mois en prison à Fresnes, et est expulsé du pays après sa libération. Il revient aux États-Unis et y reste durant les années 1930 où il se joint à différents orchestres.

Encore une fois, son caractère fait qu’il ne peut pas rester souvent avec les mêmes musiciens. […] Encore jeune étalon, il est insupportable, apparemment.

Stanley Péan, animateur

Il enregistre tout de même avec de grands noms du jazz, dont le pianiste Willie « The Lion » Smith.

Ce qu’ils vont enregistrer ensemble impose ce qu’on appellera plus tard le latin jazz. Ils puisent dans la musique de la Caraïbe, le merengue haïtien, la rumba. On est dans des rythmes qui sont différents de La Nouvelle-Orléans.

Stanley Péan, animateur
Un homme assis tient un saxophone dans ses mains. Quatre hommes, dont deux debouts, l'entourent.
Sidney Bechet en studio en 1947.   Photo : The New York Public Library

En 1941, Sidney Bechet enregistre The Sheik of Araby. Cette pièce des années 1920 occupe un espace important dans son parcours et dans l’histoire du jazz. Il décide d’en jouer tous les instruments : clarinette, saxophone soprano, saxophone ténor, piano, contrebasse et batterie.

C’est un des premiers enregistrements dans l’histoire du jazz en multipistes.

Stanley Péan, animateur

Retour en France

Sidney Bechet retourne triomphalement en France en 1949 et s’y installe définitivement. La décennie 1950 représente ses plus belles années, son âge d’or, où il devient l’une des figures les plus représentatives du jazz en France.

En 1952, il créée Petite fleur, sa composition mémorable et emblématique.

La mélodie est tellement forte qu’on l’entend une seule fois et on ne l’oublie pas.

Stanley Péan, animateur

Malgré le succès, le musicien de jazz préfère composer des ballets, dont La nuit est une sorcière.

Pour lui, c’est son chef-d’œuvre. […] Pour ce qui est de la composition, il est très influencé par Tchaïkovski, il est dans ce romantisme classique.

Stanley Péan, animateur

Indéniablement, l’œuvre de Sidney Bechet marquera le jazz. Son souffle et la puissance de son jeu au saxophone soprano influenceront le swing, mais également des musiciens de jazz moderne comme John Coltrane et Steve Lacy.

Chargement en cours