•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La guerre d’Indochine, le violent conflit oublié

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

La guerre d’Indochine, le violent conflit oublié

Photo en noir et blanc de soldats qui obligent un homme à sortir d'un trou dans un champ.

La guerre d'Indochine

Photo : Getty Images / Keystone

Juste avant les Américains, les Français ont vécu l'échec au Vietnam, appelé à l'époque Indochine. L'historien Éric Dussault raconte la guerre d'Indochine (1946-1954) et son contexte.

Les Français arrivent en Indochine en 1887. Celle-ci est une création politique de toutes pièces comprenant :

  • le Vietnam, divisé en deux protectorats, le Tonkin et l’Annam;
  • les colonies Cochinchine, Laos et Cambodge;
  • le territoire chinois Kouang-Tchéou-Wan.

La Seconde Guerre mondiale mène à ce conflit, car après la défaite française en 1940 aux mains des Allemands, le gouvernement de Vichy collabore avec les Japonais en Indochine, présents depuis 1937.

Le 9 mars 1945, le Japon prend possession de l’Indochine. Cette occupation est de courte durée, car le Japon capitule le 14 août suivant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance de l’Indochine et renverse l’empereur Bao Dai, installé par les Français.

Photo en noir et blanc d'un homme devant des soldats.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 1951, Ho Chi Minh inspecte un régiment des forces armées communistes.

Photo : AFP

Le 6 mars 1946, la France reconnaît le Vietnam comme État libre, mais à l’intérieur de l’Union française. Pour Hô Chi Minh, il est trop tard. Après quelques escarmouches, la guerre commence officiellement le 19 décembre 1946.

Une guerre épouvantable

Avec ses guérillas généralisées, ses combats dans des rizières et dans la jungle, la guerre d’Indochine est un conflit révolutionnaire et d’une violence extrême.

Les Français ne savent plus où donner de la tête. L’insécurité est permanente. Les Français ne savent jamais quand ça va sauter. C’est une guerre d’usure.

Éric Dussault, historien

Règle générale, les citoyens français sont indifférents à la guerre d’Indochine, une contrée trop lointaine. Après la bataille de Diên Biên Phu en 1954, ils changent d’opinion.

La guerre froide change la donne de la guerre d’Indochine. D’un côté, l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et la Chine financent les Vietminh. Les États-Unis paient jusqu’à 80 % des coûts de la guerre aux Français, car ils craignent une propagation du communisme en Asie du Sud-Est. En outre, la guerre de Corée commence en 1950.

La bataille de Diên Biên Phu

Cette bataille est le point déterminant de la guerre d’Indochine. À l’insu de l’armée française, les Vietnamiens réussissent à construire un système routier qui leur permet, le 7 mai 1954, de mettre la main sur la base aéroterrestre réputée imprenable de Diên Biên Phu après deux mois de combats.

Photo en noir et blanc de trois soldats vus de dos qui regardent des parachutistes arriver.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des parachutistes français à la bataille de Diên Biên Phu en 1954, durant la guerre d'Indochine.

Photo : Getty Images / Keystone

En juin 1954, Pierre Mendès France, premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République française, commence à négocier en secret un accord de paix à la conférence de Genève. Lors de la nuit du 20 au 21 juillet, une entente est finalisée. Les Français doivent quitter le Vietnam, et le 17e parallèle devient une frontière. La République démocratique du Vietnam dirigée par Hô Chi Minh se situe au nord, la République du Vietnam de Bao Dai, au sud.

Les Américains n’acceptent pas cette présence communiste dans une partie du Vietnam. C’est le début de la guerre du Vietnam.

En 1993, le président français François Mitterrand admet que la guerre d’Indochine a été une erreur. En mai 2005, le président Jacques Chirac décrète une journée nationale d’hommage aux morts de cette guerre, soit le 8 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi