Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 12 juin 2018

Pentagon Papers : quand l’Amérique découvre que ses présidents lui mentent

Publié le

Un homme parle devant un micro alors que dans une photo séparée, l'autre homme se tient la tête avec un doigt.
Daniel Ellsberg et Richard Nixon   Photo : Getty Images / National Archive/Newsmakers

Le 13 juin 1971, le New York Times entame une série d'articles sur les Pentagon Papers. Les citoyens américains découvrent que le gouvernement leur cache la vérité depuis des dizaines d'années sur la guerre du Vietnam. La politologue Karine Prémont raconte l'histoire de ce scandale.

Cet événement marque un tournant aux États-Unis sur le plan des relations entre la classe politique et les citoyens. Le lien de confiance sera à jamais brisé.

L'affaire des Pentagon Papers est l’un des scandales les plus importants en matière de politique étrangère, [en matière de politique] intérieure, on a le Watergate. Ce scandale remet en question le lien de confiance entre la population américaine et son président. Aussi incroyable que cela puisse paraître aujourd’hui, [les Américains] ne pensaient pas que leurs présidents pouvaient leur mentir et [cette enquête] était la preuve que des présidents démocrates et républicains avaient menti sur trois décennies

Karine Prémont

Les Pentagone Papers font référence à un rapport très confidentiel intitulé United States Vietnam, Relations, 1945-1967 préparé par le département de la Défense à la demande du secrétaire d’État à la Défense, Robert McNamara.

Le document de 47 volumes totalisant 7000 pages dévoile l’implication des États-Unis dans la guerre du Vietnam de 1955 à 1971. L’idée de base de Robert McNamara était de faire un portrait de la situation alors que les Américains s’embourbaient dans une guerre à n’en plus finir.

Un ancien militaire lanceur d’alerte

Daniel Ellsberg, analyste qui a participé au rapport et un ancien marine qui revenait du Vietnam, a donné le rapport à un journaliste du New York Times. Son objectif : mettre fin à la guerre. Avant de poser ce geste, il a tenté pendant plusieurs années de sensibiliser ses collègues, des politiciens et même Robert Kennedy.

L'homme aux cheveux blancs fait un v avec ses doigts
Le lanceur d'alerte, Daniel Ellsberg, lors d'un rassemblement en soutien à Chelsea Manning (alors Bradley Manning), le 1er juin 2013, au Maryland. Photo : AFP/LEXEY SWALL

L’affaire s’est finalement rendue en Cour suprême qui a statué que la liberté de presse était plus importante que la sécurité nationale. Les médias pouvaient donc sortir l’histoire en toute légitimité.

Après sa défaite en Cour suprême, l’administration Nixon s’en est prise au lanceur d’alerte Daniel Ellsberg avec une série d’actions qui rappellent celles du scandale du Watergate.

Le film The Post, sorti en 2017, raconte l’histoire des Pentagon Papers du point de vue du Washington Post qui a repris l’affaire après qu’un juge fédéral a interdit au New York Times de continuer à publier ses articles.

Le New York Times a d’ailleurs obtenu le prix Pulitzer en 1972 pour cette primeur.

Meryl Streep et Tom Hanks se regardent dans les yeux durant une scène du film <i>Le Post</i>
Le film sur les Pentagon Papers qui met en vedette Meryl Streep et Tom Hanks sera finalement projeté sur les grands écrans au Liban.   Photo : Universal

Chargement en cours