•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Félix Leclerc, le militant

Félix Leclerc, le militant
Une photo en noir et blanc de l'artiste qui chante devant un micro.

Le chanteur et poète Félix Leclerc

Photo : Getty/AFP

« Félix Leclerc, c'est notre barde national. Il sera toujours là dans la mémoire collective pour rappeler qu'un artiste peut prendre la parole et changer les choses dans son époque. » Danick Trottier, professeur de musicologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), fait le récit des années de militantisme et d'engagement politique du poète québécois.

C’est à partir de la fin des années 1960 que Félix Leclerc affiche de plus en plus, au moyen de ses textes, son engouement pour l’indépendance du Québec. Danick Trottier estime que Le tour de l’île est sans doute la chanson qui incarne le plus le militantisme politique du chanteur. « C’est rare dans une chanson qu’un artiste va [exprimer] clairement son engagement pour une cause politique, et dans [Le tour de l’île], ça ne peut être plus clair. » L’île d’Orléans, qui est au cœur de la chanson, devient en quelque sorte le symbole de l’affranchissement national. « C’est pratiquement la genèse de tout son engagement », explique le professeur en musicologie.

Du poète au militant

La crise d’Octobre a été un tournant dans l’œuvre du Félix Leclerc, comme dans celle de beaucoup d’artistes de l’époque. C’est d’ailleurs un des seuls artistes de son milieu qui n’a pas été emprisonné. Danick Trottier estime qu’à ce moment-là, Félix Leclerc avait une telle réputation à l’international, que les autorités n’ont pas osé l’arrêter. « Félix Leclerc a toujours été vu comme un sage dans la société québécoise. Il n’est pas vu comme l’homme de la colère. » Toutefois, dans la chanson L’alouette en colère, composée en pleine crise d’Octobre, on sent que le vent a tourné pour Félix Leclerc. « Cette présence rassurante, tout d’un coup, devient en colère. » Il y reprend cette idée du fils déplumé, thème qu’on trouve également dans toute sa production des années 1970.

Si on veut comprendre l’engagement politique de Félix Leclerc dans les années 1970, c’est vraiment à travers ce thème du fils déplumé.

Danick Trottier
Félix Leclerc, Robert Charlebois et Gilles Vigneault à la Superfrancofête de 1974

Félix Leclerc, Robert Charlebois et Gilles Vigneault à la Superfrancofête de 1974

Photo : Radio-Canada

Félix Leclerc et l’indépendance du Québec

La Superfrancofête de 1974 est également un moment fort de la carrière de Félix Leclerc. Alors que le chanteur n’est pas adepte des grands rassemblements ni très à l’aise sur scène, il participe au spectacle d’ouverture, aux côtés de Robert Charlebois et Gilles Vigneault, un moment fort de la scène culturelle et militante québécoise. « On a les balbutiements de l’engagement collectif qui vont aller jusqu’à la victoire du Parti québécois », explique Danick Trottier.

Pour Félix Leclerc, l’élection du Parti québécois le 15 novembre 1976, c’est un renouveau. « Il va souvent associer cette élection-là à une naissance. […] Il pense que le pays naît avec cette victoire et que le référendum est dans la poche. » Après la défaite du oui au référendum de 1980, Félix vit reclus sur ses terres. À la mort de René Lévesque, en novembre 1987, on demande à Félix Leclerc d’écrire un texte à la mémoire de l’ancien premier ministre. « Dans ce texte-là, on sent toute la charge émotive, on voit un Félix qui est surpris et abattu », raconte Danick Trottier. Ce texte devient en quelque sorte un testament poétique, puisque Félix Leclerc meurt quelques mois plus tard, en août 1988.

Lequel des deux Félix, le chanteur ou le militant, prend le plus d’importance dans notre mémoire collective? « Quand on regarde ce qui est chanté, c’est évidemment le premier Félix, celui du Petit bonheur, de Bozo, de Moi, mes souliers, mais quand on parle de la culture québécoise, on a beaucoup plus retenu le Félix engagé », pense Danick Trottier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi