•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La révolte de l'Amistad, symbole de la lutte contre l'esclavage

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

En reprise tout l'été
Du lundi au vendredi de 23 h 30 à minuit

La révolte de l'Amistad, symbole de la lutte contre l'esclavage

Peinture contemporaine de la goélette Amistad en 1839. On y voit l'Amistad au centre ainsi que le bateau de la marine américaine à gauche.

Peinture contemporaine de la goélette Amistad sur laquelle une cinquantaine d'esclaves africains se sont révoltés en 1839 au large de la côte est américaine. (Source: Wikipédia)

Photo : Wikipedia libre de droits / Inconnu

C'est un épisode crucial de l'histoire américaine, en particulier dans le débat qui a opposé les abolitionnistes et les esclavagistes au milieu du 19e siècle. En 1839, une cinquantaine d'esclaves africains d'origine mandingue, qui avaient fait le voyage depuis la Sierra Leone, se sont révoltés contre leurs geôliers à bord du navire La Amistad. Ce soulèvement a mené à un procès à l'issue duquel les esclaves survivants ont obtenu gain de cause et retrouvé leur liberté. Mylène Desautels, professeure d'histoire au Collège Lionel-Groulx, raconte comment cet événement historique est devenu avec le temps un symbole de courage, notamment pour la communauté afro-américaine.

À son avis, cette histoire est intéressante à plusieurs égards. « Premièrement, elle est assez extraordinaire, parce que c’est une victoire des captifs, considérés comme des esclaves illégaux, et qui ont pu retourner en Afrique; ce qui était extrêmement rare et qui a donné beaucoup d’espoir. » De plus, tous les événements entourant le soulèvement, que ce soit la capture, la révolte ou le procès, ont été très bien documentés, ce qui a permis de révéler la traite atlantique.

La traite atlantique

La traite atlantique s’est déroulée principalement entre le 16e et le début 19e siècle, où près de 15 millions d’Africains ont été soumis à l’esclavage et transportés en Amérique. Mylène Desautels explique que l’objectif premier du mouvement abolitionniste, surtout en Grande-Bretagne, était de faire cesser la traite atlantique, avant même de s’attaquer à l’esclavage comme tel. Malgré le fait que qu’elle ait été abolie en 1808, les commerçants illégaux ont poursuivi leur traite outre-Atlantique et c’est ainsi qu’en 1839, entre 500 et 600 passagers ont quitté l’Afrique pour un voyage de deux mois. Arrivés à La Havane, 53 Africains ont été vendus à deux planteurs cubains, qui les ont mis sur un bateau, La Amistad, pour aller travailler sur une plantation. C’est sur cette goélette que dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 1839, la révolte s’est faite de façon orchestrée.

Gravure en noir et blanc dépeignant d'anciens esclaves qui célèbrent la proclamation de l'émancipation, le 1er août 1866.

D'anciens esclaves célèbrent la proclamation de l'émancipation, le 1er août 1866.

Photo : Getty Images / Three Lions

Un débat politique

Alors qu’aujourd’hui, l’histoire de La Amistad est un peu tombée dans l’oubli, elle a passionné les Américains à cette époque. « Tout le monde en parlait, il y avait des articles dans les journaux, des pièces de théâtre, des portraits… tout le monde parlait des captifs et du sort qui allait leur être réservé », explique Mylène Desautels. « Six jours après leur arrivée, une pièce de théâtre était déjà présentée. Dans la prison où ils étaient retenus, les gens faisaient la file pour les voir. » Après deux procès, les prisonniers ont finalement été libérés, mais laissés à eux-mêmes. Ce n’est qu’en 1841 qu’ils ont pu retourner dans leurs pays.

C’est un moment de l’histoire qui a polarisé les États-Unis. D’un côté les abolitionnistes qui prônaient la liberté de tout un chacun, et de l’autre, les nationalistes sudistes qui revendiquaient le droit à la propriété privée. Mylène Desautels souligne que la révolte de La Amistad est un événement très révélateur de la société américaine et surtout annonciateur de la guerre civile qui a fait rage aux États-Unis à partir de 1861.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi