•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laure Gaudreault, institutrice et figure de proue du mouvement syndical enseignant

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

Laure Gaudreault, institutrice et figure de proue du mouvement syndical enseignant

Audio fil du lundi 6 mai 2019
La syndicaliste et militante Laure Gaudreault prend la parole.

Laure Gaudreault a porté la voix et la cause des institutrices du Québec pendant de nombreuses années.

Photo : Répertoire du patrimoine culturel du Québec / Société d'histoire de Charlevoix

« C'est vraiment la pionnière du syndicalisme des institutrices en milieu rural. [...] Elle a largement contribué à jeter les bases du syndicalisme enseignant en général au Québec », dit Aurélie Lanctôt, chroniqueuse au quotidien Le Devoir et rédactrice en chef de la revue Liberté, au sujet de Laure Gaudreault. Figure peu connue dans l'histoire de la Belle Province, la syndicaliste s'est battue toute sa vie pour l'amélioration des conditions de travail des institutrices en milieu rural, et elle laisse un héritage très important.

Très jeune, Laure Gaudreault se destine à la carrière d’institutrice. Elle grandit à Clermont, près de La Malbaie, et obtient son diplôme en 1906, à l’âge de 16 ans. Elle enseigne ensuite jusqu’à la fin des années 1920. Pendant toutes ces années, Laure Gaudreault est donc un témoin privilégié des conditions de travail difficiles auxquelles sont exposées les institutrices en milieu rural, notamment les faibles salaires.

À la fin des années 1920, après sa carrière en enseignement, elle est engagée au Progrès du Saguenay, où elle tient une chronique. C’est à cet endroit qu’elle développe une pensée critique sur les conditions de travail des institutrices, qu’elle connaît bien pour les avoir elle-même vécues. « Elle va se mettre à les défendre ouvertement dans les pages du journal, et à appeler à la mobilisation », explique Aurélie Lanctôt.

En 1936, Laure Gaudreault fonde l’Association catholique des institutrices rurales de la province de Québec. L’engouement est tel, que la Fédération catholique des institutrices rurales de la province de Québec naît l’année suivante. « En moins d’un an, la province va compter 13 associations d’institutrices, qui rassemblent 600 institutrices. C’est donc dire que ça répondait vraiment à un besoin urgent », note Aurélie Lanctôt.

Plus on se rassemblait, plus on constatait que les défis étaient les mêmes d’une région à l’autre, et qu’il y avait un besoin criant de faire valoir les revendications des institutrices rurales, non seulement pour les conditions de travail de ces femmes-là, mais aussi pour la qualité de l’instruction qu’on était capables de dispenser dans ces régions.

Aurélie Lanctôt, chroniqueuse au quotidien Le Devoir et rédactrice en chef de la revue Liberté

Un legs non négligeable

Selon Aurélie Lanctôt, le legs de Laure Gaudreault est énorme. « Elle nous laisse les bases des structures associatives et du mouvement syndical enseignant au Québec. […] Elle n’est pas la seule qui a porté la création des syndicats et l’essor du syndicalisme enseignant au Québec, évidemment, mais sa lutte est vraiment à l’origine de quelque chose. Elle faisait face, à ce moment-là, à des défis considérables, et elle partait de rien du tout. Il n’existait aucune structure pour fédérer les institutrices. »

Elle avait un sens de la justice aussi qui était très manifeste. Pour elle, il ne s’agissait pas de défendre des corporations ou des objectifs corporatifs. […] Il s’agissait de défendre la justice. Elle voyait l’injustice qui était faite aux institutrices et elle trouvait que c’était insoutenable, et voulait les défendre.

Aurélie Lanctôt, chroniqueuse au quotidien Le Devoir et rédactrice en chef de la revue Liberté
Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi