Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice - Au coeur du monde
Audio fil du lundi 10 juin 2019

Favoriser l’autonomie alimentaire des Madelinots

Publié le

Des légumes en feuilles poussent dans une machine installée à l'intérieur de l'église de Saint-Pacôme.
Ces machines permettent aux légumes de pousser à l'intérieur et sans pesticides.   Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Une coopérative de solidarité verra le jour prochainement pour valoriser l'autonomie alimentaire des résidents des Îles-de-la-Madeleine. Le but est faire pousser des fruits et légumes sur l'archipel afin de réduire l'empreinte environnementale et d'avoir des produits plus frais.

L’un des initiateurs du projet, Étienne Piché, rapporte qu’un groupe de huit bénévoles travaille sur ce projet. Un bâtiment inoccupé serait idéal pour installer les serres, selon leurs calculs.

En ce moment, on regarde les technologies qui sont disponibles au Québec, on en a identifié deux, explique-t-il. Les serres verticales, comme celles de l’entreprise Inno-3B, et les technologies reliées à l’hydroponie intéressent les promoteurs.

Le but c’est de minimiser l’empreinte environnementale. Donc, en étant à la verticale, l’empreinte est plus petite […]. C’est aussi de diminuer l’utilisation d’eau.

Étienne Piché, bénévole

Les bénévoles espèrent pouvoir obtenir du financement pour mener des études de faisabilité. On continue en parallèle à aller chercher des offres de service, regarder les nouvelles technologies et faire le plan d’affaires, très important pour aller chercher du financement, mentionne Étienne Piché.

On veut démontrer que l’intérêt n’est pas que dans la coopérative, mais aussi dans la population. Une autonomie [alimentaire], ça tient à cœur à pas mal tout le monde. [Ce] serait un bon pas vers une lutte au changement climatique.

Étienne Piché, bénévole

Une cartographie alimentaire sera réalisée pour évaluer les besoins en fruits et légumes et ceux qui sont importés.

Pour tous les détails, écoutez l’entrevue avec Maude Rivard.

Chargement en cours