Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice - Au coeur du monde
Audio fil du mardi 14 mai 2019

Percé réglemente les résidences de tourisme sur son territoire

Publié le

Ville de Percé
Ville de Percé   Photo : iStock

Les propriétaires de résidence unifamiliale qui désirent obtenir un permis pour offrir de l'hébergement touristique ne pourront plus le faire si leur résidence est située entre la rivière de L'Anse-à-Beaufils et Canne-de-Roches, à Percé. Le conseil municipal adoptera les modifications législatives lors de la séance du conseil mardi.

Le règlement stipule qu’une résidence de tourisme est autorisée comme usage additionnel à une résidence unifamiliale isolée uniquement si elle est située à l’extérieure de la zone entre Cannes-de-Roches et la rivière Anse-à-Beaufils. Ceux qui le font déjà vont conserver leur droit acquis.

Quand il y a des maisons en vente, elles sont souvent rachetées pour de l’hébergement touristique, raconte la mairesse, Cathy Poirier. On est maintenant à 22 résidences touristiques pour ce secteur.

Ce que nous on souhaite c’est de permettre l’accès à la propriété et d’avoir des résidents qui vont les habiter à l’année.[La répercussion], c’est que ça fait augmenter le prix des maisons.

Cathy Poirier, mairesse de Percé

On a un village qu’on souhaite voir habité et qui est de plus en plus dynamique à l’année. Donc, c’est une réflexion du conseil pour arriver à cette règlementation, explique la mairesse. La problématique du logement a été soulevée par les citoyens lors des consultations à l’automne.

De voir que des gens aimeraient venir habiter ou ne trouvent pas, ou trouvent pour une période non estivale, mais au printemps doivent sortir [du lieu] parce qu’il est loué à la semaine durant l’été, ça crée des problèmes pour les gens qui veulent s’installer dans notre municipalité, soutient l'élue.

Selon Cathy Poirier, cette décision ne nuira pas à l’hébergement touristique puisqu’il y a déjà plus de 4000 lits pour accueillir les visiteurs. On ne nuit à personne pour favoriser l’implantation de familles et de nouveaux résidents, dit-elle.

Écoutez l’entrevue avec Maude Rivard pour les détails.

Chargement en cours