Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Kim Bergeron
Audio fil du lundi 13 mai 2019

Route 199 à Pointe-aux-Loups : 2,3 kilomètres d'enrochement

Publié le

Des travaux d'urgence ont dû être réalisés à Pointe-aux-Loups, mais ils ont été arrêtés par la tempête du 29 novembre.
Des travaux d'urgence ont dû être réalisés à Pointe-aux-Loups.   Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Le ministère des Transports (MTQ) a recommencé ses travaux le 6 mai, à Pointe-aux-Loups aux Îles-de-la-Madeleine, après avoir obtenu les autorisations nécessaires des gouvernements fédéral et provincial. Les travaux d'enrochement et de recharge de plage se dérouleront sur une période de deux ans.

Les tempêtes de l’automne dernier ont forcé le MTQ à revoir ses plans pour ce secteur problématique de la route 199 où la dune a reculé. L’enrochement et la recharge de plage ont été ciblés comme solution contre l'érosion.

Quand on parle d’enrochement, les impacts sont déjà connus, peu importe le milieu où on se trouve. On aurait aimé pouvoir développer des solutions plus innovantes, mais ça prend des études pour savoir les impacts que vont avoir les ouvrages qu’on va créer, explique le chef du centre de service de Transports Québec aux Îles-de-la-Madeleine, Rosaire-Gil Arseneau.

Depuis plus de 10 ans, on réalisait des recharges de sable dans le secteur de Pointe-aux-Loups. Ces solutions étaient fonctionnelles, sauf cette année. Ça n’a pas bien fonctionné.

Rosaire-Gil Arseneau, chef du centre de service de Transports Québec aux Îles-de-la-Madeleine

La portion visée par le ministère s'étire sur 2,3 kilomètres. On le sépare en trois segments, on peut s’attendre à des travaux qui vont s’échelonner pour 2019 au complet et probablement déborder en 2020, mentionne-t-il.

On sait que ce qu’on fait là, c’est ponctuel, et que dans un horizon de 25-30 ans, c’est sûr qu’on va avoir à intervenir encore.

Rosaire-Gil Arseneau, chef du centre de service de Transports Québec aux Îles-de-la-Madeleine

Planification long terme

Des équipes du MTQ seront également mobilisées sur le terrain dès la semaine prochaine pour faire l’inventaire des sites en érosion. Ce qu’on fait, c’est une planification à long terme pour s’assurer de pouvoir mettre en place des solutions innovantes et s’assurer que ces solutions-là [soient réalisées] avant que la tempête ou des éléments viennent chambouler nos plans, rapporte le chef du centre de service de Transports Québec aux Îles-de-la-Madeleine.

[Pour Pointe-aux-Loups] on a eu des études qui ont été faites, on avait des pistes de solution, on était en train de travailler pour mettre en place ces projets et on s’est fait damer le pion par Dame Nature.

Rosaire-Gil Arseneau, chef du centre de service de Transports Québec aux Îles-de-la-Madeleine

Pour ce qui est de La Martinique, des travaux de recharge ont eu lieu en décembre. Un suivi est réalisé sporadiquement pour s’assurer la situation est stable. Souvent l’hiver il y a une banquise qui va se créer avant le secteur ouest des iles donc on considère que pour l’instant le sable qu’on a mis c’est suffisant, explique-t-il.

Chargement en cours