Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice - Au coeur du monde
Audio fil du mardi 23 avril 2019

47 travailleurs étrangers pour transformer les fruits de mer à LA Renaissance

Publié le

Une usine de transformation de fruits de mer de LA Renaissance des Îles au quai de Grande-Entrée aux Îles-de-la-Madeleine.
Une usine de transformation de fruits de mer de LA Renaissance des Îles au quai de Grande-Entrée aux Îles-de-la-Madeleine.   Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Une dizaine de pêcheurs de crabe des neiges ont commencé leur saison aux Îles-de-la-Madeleine. Pour les transformateurs, le défi de la main-d'œuvre est toujours présent. L'entreprise LA Renaissance, qui a pignon sur rue à Grande-Entrée, accueille cette année un nombre record de 47 travailleurs originaires du Mexique.

L'entreprise qui embauche envion 300 employés durant la saison forte en comptera 47 du Mexique cette année. Les travailleurs arriveront la semaine prochaine pour prêter main-forte. On a de la main-d’œuvre étrangère pour une troisième année. La première année, on en avait 15 et on est rendu à 47, rapporte la présidente-directrice générale de l’entreprise, Lynn Albert.

Cette main-d’œuvre est de plus en plus nécessaire, notamment en raison de la moyenne d’âge des employés à l’usine. C’est très difficile de recruter des Madelinots parce que la population vieillit. C’est un travail qui intéresse moins, croit la dirigeante.

La moyenne d’âge chez moi est de 58 ans. Tous les ans, il y a des gens qui se retirent ou vont travailler ailleurs, donc faut se fier sur la main-d’œuvre étrangère.

Lynn Albert, pdg, LA Renaissance

Ces travailleurs étrangers sont bien accueillis par les Madelinots. On leur fait un accueil au traversier ou à l’aéroport avec un musicien, on leur dit bonjour, raconte Lynn Albert. Certains travailleurs reviennent année après année.

Sans main-d’œuvre étrangère, on ne pourrait pas produire tous les produits qu’on a à faire.

Lynn Albert, pdg, LARenaissance

Un employé trilingue a également été embauché pour venir en aide aux travailleurs. La personne est responsable des communications, pour la formation, pour leur expliquer où aller à la banque, à la poste, etc., explique-t-elle.

Tous les détails dans le segment audio avec Maude Rivard.

Chargement en cours