Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Kim Bergeron
Audio fil du mercredi 17 avril 2019

Traverse Matane-Côte-Nord : le Saaremaa en juillet...si tout va bien

Publié le

Stéphane Lafaut
Stéphane Lafaut, président directeur général par intérim de la Société des traversiers du Québec   Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

La Société des traversiers du Québec confirme l'acquisition du Saaremaa comme navire de remplacement. La STQ l'achète pour une somme de 39 millions de dollars. Si toutes les conditions sont respectées, il commencera son voyage vers le Canada la semaine prochaine pour un voyage d'une durée d'un mois.

Le président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut, prévoit que le Saaremaa sera en service en juillet. J’ai une équipe d’opérationnalisation qui va travailler s’il faut jour et nuit pour réaliser l’opérationnalisation du Saaremaa en 8 semaines et non pas 12 comme normalement on le fait pour un navire qui est déjà aux standards canadiens, lance-t-il en entrevue avec Maude Rivard.

À partir de juillet, je vais avoir à la disposition de la traverse de Matane un traversier de grande capacité, presque équivalent au F.-A. Gauthier, donc ça nous donne une marge de manœuvre.

Stéphane Lafaut, pdg, STQ

Pour prendre la relève du CTMA Vacancier après le 31 mai, la STQ envisage l'option que le Félix-Antoine Savard prenne le relais, mais il n’a pas les autorisations de naviguer entre Matane et la Côte-Nord actuellement. Entre la fin mai et l’entrée en service du Saaremaa, Stéphane Lafaut insiste sur le fait qu’il y a trois autres traverses qui peuvent être utilisées et que la navette aérienne est disponible jusqu’au 31 juillet.

Il a également fait une mise à jour sur l’état du F.-A. Gauthier, à quai à Lévis. On n’a pas trouvé la ou les causes des dommages aux pièces de propulseurs. On est en discussion pour établir la meilleure stratégie pour les futurs tests pour identifier les causes, explique le président-directeur général, qui mentionne garder le cap pour sa remise en service à la fin de l'été.

Tous les détails dans l’entrevue avec Maude Rivard.

Chargement en cours