Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Kim Bergeron
Audio fil du mardi 9 avril 2019

Transport de marchandises et croisières de la CTMA : transparence du comité demandée

Publié le

Le navire CTMA Vacancier amarré au port de Montréal
Le navire de croisière CTMA Vacancier assure régulièrement la liaison entre Montréal et les îles-de-la-Madeleine.   Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, demande la transparence du gouvernement du Québec dans le dossier du service de croisière et de transport de marchandises de la CTMA. Une rencontre du comité interministériel a eu lieu la semaine dernière sur l'archipel.

Un texte d’Élise Thivierge d’après une entrevue de Maude Rivard.

Ce comité interministériel a été mis en place il y a deux mois à la suite de la décision du ministre des Transports François Bonnardel de reprendre tout à zéro dans le dossier. Il a annulé l'appel d'offres qui avait été lancé par le gouvernement libéral et il a abrogé la prolongation du contrat de desserte accordé à la CTMA. La semaine dernière, des intervenants du Forum des partenaires Horizon 2025 ont été invités à participer à la réunion aux Îles-de-la-Madeleine.

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, déplore toutefois que le comité n’ait pas profité de son passage sur l’archipel pour prendre le pouls des Madelinots. Le ministre, au moment d’abroger les décrets, avait dit qu’il voulait savoir ce dont les Madelinots ont besoin et je veux aller les consulter. Or, les citoyens n’ont pas été parties prenantes aux discussions, soutient-il. Il invite les citoyens à tout de même faire valoir leur appui aux services maritimes puisque le comité s'est dit ouvert à recevoir les commentaires.

Les contribuables de tout le Québec sont ceux qui payent, et ceux des Îles sont ceux qui bénéficient des investissements du gouvernement. Alors, de les informer sur le processus, [c’est] ce que je demandais depuis plusieurs semaines.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

Ce qu’on a appris, c’est qu’il y a eu trois rencontres à Québec et que pendant le mois d’avril, il va y a avoir plusieurs études qui seront réalisées sur l’état des connaissances sur le service de marchandise et le service de croisière, les perspectives d’avenir également, si le gouvernement doit investir dans le service et dans un nouveau navire, raconte-t-il.

Des informations qui doivent être rendues publiques

Joël Arseneau demande que les éléments qui permettront au gouvernement de prendre sa décision soient rendus publics. Selon le député, l’ancien gouvernement libéral aurait mandaté une firme pour réaliser une étude sur le service de la CTMA il y a trois ans. C’est sur cette base et une tournée des partenaires du milieu qu’une décision avait été prise par le précédent gouvernement, raconte l’élu. Ces informations étaient-elles incomplètes? Ce n’est pas clair.

Le message que j’ai donné au comité, c’est de s’assurer d’une transparence complète du processus si on veut que la décision soit reconnue, crédible et solide aux yeux des Québécois et Madelinots.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

[Il faut] qu’on sache sur quelle base la décision a été prise en espérant qu’elle soit favorable au maintien du service de base des marchandises, au maintien des croisières qui génèrent des retombées de plus de 10 millions de dollars dans le milieu et plus de 150 emplois et qu’il y a ait une gouvernance locale qui puisse s’exercer, que le navire soit un actif madelinot, croit le député.

Le volet croisière ne serait pas assuré pour l'instant. « On se fait rassurant [du côté du gouvernement] en disant que le ministère du Tourisme est membre du comité interministériel. Leur volonté, c’est le développement touristique et le produit est intéressant. [Il] regarde les perspectives pour la consolidation du service de croisière, mais se garde une petite gêne pour savoir comment ça pourrait être opéré », raconte Joël Arseneau.

Les informations amassées par le gouvernement seront analysées et une décision devrait être rendue en juin par le ministre des Transports.

Chargement en cours