Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice - Au coeur du monde
Audio fil du vendredi 22 mars 2019

La pêche sportive au bar rayé permise dans les rivières

Publié le

Un bar rayé nageant sous l'eau.
Les bars rayés sont si nombreux que le poisson doit maintenant chercher de nouveaux territoires pour se nourrir.   Photo : Radio-Canada

Par souci de cohérence, Québec autorise la pêche au bar rayé dans certaines rivières du Québec, cette année.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs indique qu'en raison de l'augmentation et de la répartition des bars rayés du sud du golfe du Saint-Laurent, les pêcheurs sportifs seront autorisés à conserver les bars rayés pêchés dans la plupart des rivières qui se déversent dans le Saint-Laurent, à l'est d'une ligne reliant Forestville à Rimouski.

Carte géographique de l'est du Québec.
La pêche au bar rayé sera permise dans la zone 21 à l’est de Forestville et Mont-Joli.   Photo : Gouvernement du Québec

C’était de donner la chance aux gens qui, par exemple, pêchent le saumon mais sans faire exprès capturent un bar rayé. Ils devaient le remettre à l’eau. Ça n’avait pas vraiment de sens.

Valérie Bujold, porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Les pêcheurs pourront donc conserver trois bars rayés par jour, d'une taille se situant entre 50 et 65 centimètres. Ils devront toutefois respecter les règles en vigueur sur chaque cours d'eau, entre autres sur les rivières à saumon.

Auparavant, la capture de bar rayé n’était autorisée qu’à l’embouchure des rivières et le long des côtes.

Des consultations ont eu lieu l’an dernier pour étendre la zone de pêche.

En 2017, un système avait été mis en place par le ministère en collaboration avec la Fédération québécoise du saumon de l’Atlantique pour que les gens puissent déclarer leurs observations sur le bar rayé en rivière. Et l’an passé, en 2018, on a donné des permis scientifiques, ajoute Valérie Bujold.

Ces recherches visaient d’abord à détailler l’alimentation du bar rayé, mais ont aussi permis de documenter sa présence en rivière.

Chargement en cours