Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice - Au coeur du monde
Audio fil du mercredi 13 février 2019

Le long chemin de la récupération des bouteilles de bière

Publié le

Des bouteilles de bière vides.
Des bouteilles de bière vides.   Photo : Radio-Canada

Les bières de microbrasserie prennent de plus en plus de place sur les tablettes. Qu'advient-il lorsque les bouteilles vides sont rapportées aux détaillants? Il reste encore beaucoup de travail à faire pour améliorer le système.

D’après l’entrevue réalisée par Maude Rivard

En Gaspésie, la plupart des microbrasseries récupèrent leurs bouteilles, d'autres les envoient au recyclage, où elles sont broyées et finissent dans les lieux d'enfouissement. C’est le cas de la microbrasserie La fabrique, à Matane. On voulait une bouteille qui se démarque un peu, alors on a pris une bouteille européenne, la bouteille allemande, raconte le brasseur et copropriétaire, Jean-Pierre Boutin.

On n’a pas les moyens de [laver nos bouteilles]. On a fait nos calculs et le fait qu’on soit en région, même au point de vue écologique, ça ne fait pas de sens. On se trouverait à leur faire faire beaucoup de millage.

Jean-Pierre Boutin, microbrasserie La fabrique

Selon le brasseur, les bouteilles pourraient éventuellement se faire laver et être réutilisées puisque plusieurs brasseries utilisent ce format. C’est un peu choquant quand on apprend ça au départ, mais le problème vient du tri qui n’est pas fait suffisamment, croit-il.

Il cite l’exemple de l’Allemagne, où le verre est recyclé selon la couleur, ce qui permet de le fondre et de refaire des bouteilles.Le problème au Québec, c’est que le verre n’a pas une qualité suffisante, parce qu’il est tout mélangé, alors quelqu’un qui aurait une usine pour refabriquer des bouteilles, ce n’est pas intéressant.

Opportunité d’affaires

Chez Pit Caribou et au Naufrageur, ils ont le même format de bouteilles, un format utilisé par plusieurs microbrasseries du Québec, ce qui fait que les volumes sont suffisants pour les faire nettoyer. Les bouteilles sont récupérées et non détruites, cassées. C’est plus facile parce qu’il y en a une grosse flotte sur le marché et il y a une entente, plusieurs microbrasseries sont dans cette entente et il y a des comptes et une compensation qui se fait, explique Jean-Pierre Boutin.

On va éventuellement la laver, mais comme je disais [il faudrait] que quelqu’un démarre une usine de lavage à Matane ou dans le coin parce qu’il y a un marché pour ça. Il y a une opportunité d’affaires de ce côté-là.

Jean-Pierre Boutin, microbrasserie La Fabrique

Au Frontibus, à Rivière-au-Renard, et chez Auval, les bières ont le même format. Ces deux entreprises font partie d'un regroupement de 22 microbrasseries qui récupèrent les bouteilles. Au Frontibus, l'équipe a justement décidé ces derniers mois de changer le format des bouteilles pour pouvoir les récupérer.

Pour comprendre le long chemin des bouteilles vides, écoutez l’entrevue complète réalisée par Maude Rivard.

Chargement en cours