•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus et violence conjugale

Au coeur du monde

Avec Kim Bergeron

En semaine de 15 h à 17 h 30

Coronavirus et violence conjugale

Rattrapage du mercredi 25 mars 2020
Gros plan sur une main d'homme qui serre le poignet d'une femme.

Le confinement qui découle de la pandémie de coronavirus est un facteur aggravant de la violence conjugale.

Photo : iStock / Bombaert

Le confinement isole plus que jamais les femmes vulnérables. Dans le contexte de la crise de la COVID-19, des organismes gaspésiens redoutent une augmentation des cas de violence conjugale.

La directrice générale de la maison L’Aid’elle à Gaspé, Cathie Cassivi, veut rassurer les femmes malgré le taux d’occupation qui est au maximum dans bien des maisons d’hébergement.

Même si on est à pleine capacité on va trouver les moyens pour qu'elles puissent sortir de leur milieu si elles vivent de la violence.

Cathie Cassivi, directrice de la maison L'Aid'elle

[Elles ne doivent] pas minimiser ce qu'elles vivent et ne pas s'inquiéter par rapport à la contamination, ajoute-t-elle. Même si elles pensent être contaminées, elles doivent nous appeler. On a un protocole pour voir si elles ont des symptômes, précise Mme Cassivi.

Des mesures ont été mises en place depuis le début de l’épidémie pour assurer la sécurité des femmes et des enfants hébergés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !