•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entrevue « à échelle humaine » avec Adib Alkhalidey

À échelle humaine

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Une entrevue « à échelle humaine » avec Adib Alkhalidey

Adib Alkhalidey est à la table des invités. Il porte une casquette, une veste et un chandail noirs.

L'humoriste et chanteur Adib Alkhalidey

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Humoriste, cinéaste, comédien et auteur-compositeur-interprète, Adib Alkhalidey est de ces artistes pour qui la création n'a pas de limites de forme ou de langage.

C’est sous le pseudonyme Abelaïd qu'il a publié son premier opus qui a été reçu très chaleureusement de la part des critiques au cours des derniers jours. Adib Alkhalidey était déjà reconnu pour son éloquence, son intelligence et son sens de l’humour, mais c’est surtout sa grande sensibilité qui se démarque dans Les coeurs du mal.

Il n'y a pas de mensonges dans ce projet-là. Je pense que dans tous les projets qu’on fait, on ment toujours un peu, et puis c’est normal, on ment pour se protéger, pour ne pas regarder quelque chose qu’on n'a pas envie de voir, en soi.

Adib Alkhalidey

Il affirme toutefois qu’il n’aurait pas pu sortir un album comme celui-là s’il ne se sentait pas en paix avec tous ces thèmes.

Je ne pense pas qu’on peut raconter ces choses-là, quand on est dans une posture de vengeance ou de rancune avec le passé ou quand on cherche à prouver un point.

Adib Alkhalidey

Au micro d'Isabelle Ménard pour l'émission À échelle humaine, Adib Alkhalidey est également revenu sur les nombreux commentaires qu’il a reçus suite à son passage sur le plateau de Tout le monde en parle concernant les avertissements qui sont maintenant ajoutés à certains épisodes télé comme la Petite vie, par exemple. Ses commentaires sur le manque de représentativité de la diversité dans les médias ont provoqué beaucoup de réactions, tant de la part de chroniqueurs que sur les différents médias sociaux.

Y a des gens qui se sentent tellement bien dans leur sentiment d’appartenance qu’ils sont capables de consciemment choisir de se ridiculiser pour se détendre. Je souhaite la même chose aux gens racisés, aux nouveaux arrivants. Je leur souhaite de se sentir tellement vu, que ce soit eux qui réclament que l’on rit d’eux. Je pense que le but ultime de tous mouvements, c’est que le mouvement disparaisse.

Adib Alkhalidey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi