•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À échelle humaine

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Crise dans l'industrie musicale : la disparition des salles de spectacles de Toronto

Un homme debout sur une scène extérieure couverte vide.

André Guérette sur la scène extérieure du parc Woodbine dans l'est de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Olivier Mercure

L'agent d'expérience de l'industrie canadienne, André Guérette, plaide pour le soutien à l'écosystème de musique locale.

Pour l'organisateur vétéran de la scène canadienne, qui travaille avec Patrick Watson (Nouvelle fenêtre), les Barr Brothers (Nouvelle fenêtre), Marie-Pierre Arthur (Nouvelle fenêtre), Christine and the Queens (Nouvelle fenêtre), et Aya Nakamura (Nouvelle fenêtre), il est grand temps d'agir.

Les salles de spectacle de la Ville Reine sont au bord du précipice. Selon le rapport Re:Venues (Nouvelle fenêtre), mandaté par l’association canadienne de la musique sur scène (Nouvelle fenêtre), il y a déjà 11 salles qui ont fermés leurs portes à Toronto depuis l’arrivée de la pandémie. Sur les 177 propriétaires de salles sondés dans le rapport, près 96 % se disent en grave difficulté financière.

L’agent de spectacle torontois, qui doit sa carrière à la scène locale montréalaise du début des années 2000, insiste sur l’importance d’intervenir pour soutenir tous les lieux de diffusion : Ça m'a énormément marqué, tous les petits spectacles, ce qui se passait dans les lofts. Il n'y avait pas beaucoup de salles à Montréal, les gens improvisaient. On faisait partie d’une petite communauté et on a vu des gens sortir de cette communauté-là qui sont devenus des stars internationales.

Pour le Sudburois d’origine, qui est maintenant vice-président de l'Agence Paquin (Nouvelle fenêtre), c’est dans ces endroits que le talent se développe : Pour autant les artistes que les gens qui les entourent, que ceux qui sont impliqués dans l’organisation des spectacles, c’est dans les petites salles qu’ils peuvent expérimenter. C’est hyper important.

L’impact de la COVID-19 a ravagé l’industrie selon M. Guérette. Il y a énormément d’artisans du milieu qui ont perdu leur emploi, et si on ne les aide pas les pertes seront considérables, avance-t-il. C’est très important qu’on soutienne les artistes, mais aussi l’écosystème, les salles, et tout le monde qui travaille dans l’industrie, les agents, les diffuseurs, les techniciens, parce qu’en perdant ses éléments-là, quand on revient il nous manque des morceaux importants.

Cette perte aura des conséquences pour de nombreuses années, selon lui.

Le problème c’est que si on perd la moitié de l’écosystème, on peut pas du jour au lendemain rallumer la machine, et ça commence avec les artistes, c’est pas juste ceux qui sont établis, si on ne cultive pas les jeunes artistes, ça peut nous affecter pour 10-15 ans.

L'agent de spectacle André Guérette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi